•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un condominium sur 9 à Vancouver appartient à un non-résident canadien

Des appartements vus de l'extérieur dans des tours de logements à Vancouver

Des tours de logement à Vancouver

Photo : Radio-Canada / Christer Waara

Alix-Anne Turcotti

Pour la première fois, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) publie un rapport sur le taux de propriétés qui sont détenues par plusieurs propriétaires, dont certains ne sont pas des résidents canadiens. 

L'étude révèle que 10,4 % des propriétaires de copropriétés en Colombie-Britannique résident à l’extérieur du Canada, alors qu’ils sont 6,1 % en Ontario.

Une tour résidentielle à Vancouver

Une tour résidentielle à Vancouver

Photo : Radio-Canada / Christer Waara

Dans un document à part transmis à Radio-Canada, la SCHL indique qu’à Montréal seulement 1,4 % des immeubles en copropriété sont détenus par des non-résidents canadiens.

La société de la Couronne espère ainsi suivre l’évolution du marché grâce à ce mode de calcul dans les prochaines années et souhaite avoir un portrait de toutes les provinces d’ici 2022.

Méthodologie :

Pour établir ce calcul, la Société canadienne d’hypothèques et de logement définit la participation de non-résidents, si au moins un des propriétaires de l’immeuble réside à l’extérieur du Canada. À titre d'exemple, une propriété résidentielle ayant trois propriétaires, soit deux résidents du Canada et un non-résident, sera considérée comme un logement détenu par un propriétaire étranger.

Selon, l’analyste principal de marché à la SCHL, Éric Bond, les propriétaires étrangers sont davantage attirés par les copropriétés neuves et à prix élevés.  L’entretien d’un (tel) condo est plus facile, si l’on compare à un autre genre de propriété , souligne-t-il. 

Photo de tours de condos près de la Tour CN.

Des condos au bord du lac Ontario au centre-ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Marjorie April

Dans la région métropolitaine de Vancouver, le taux de copropriétés détenues par au moins un résident étranger s’élève à 11,6 %, comparativement à 7,6 % à Toronto.

Le rapport révèle également que 6,2 % des propriétés en Colombie-Britannique sont détenues par au moins un propriétaire qui ne réside pas au pays, un taux similaire à celui de la Nouvelle-Écosse, contre 3,3 % en Ontario.

Le rapport a été réalisé conjointement avec Statistique Canada, en utilisant des données de 2018.

Le rapport complet peut-être consulté ici  (Nouvelle fenêtre).

Immobilier

Économie