•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'Abdirahman Abdi : des ambulanciers paramédicaux donnent leur version des faits au procès Montsion

Le policier Daniel Montsion marche à l'extérieur, suivi par un caméraman.

L'agent Daniel Montsion à l'extérieur du palais de justice d'Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada / Judy Trinh

Radio-Canada

Un second ambulancier paramédical a témoigné, mardi, au 13e jour du procès du policier Daniel Montsion, accusé de l'homicide involontaire d'Abdirahman Abdi.

Au lendemain du témoignage de l'ambulancier Yannick Roussel, c'est son collègue Éric Langlois qui s'est présenté à la barre des témoins, au palais de justice d'Ottawa.

Le 24 juillet 2016, M. Langlois est arrivé sur les lieux de l'arrestation de M. Abdi à 10 h 04. Il a raconté que lors de l’intubation de M. Abdi dans l’ambulance, il pouvait voir que les yeux de ce dernier étaient rouges et qu'il pouvait sentir le poivre de Cayenne.

Lundi, M. Roussel avait dit lors de son témoignage que lui et ses collègues avaient été appelés sur les lieux pour ce qu’ils croyaient être un incident lié à du poivre de Cayenne.

À leur arrivée, ils ont parlé à un policier qui leur a dit que le patient avait résisté à son arrestation et qu'il avait un historique de troubles mentaux. Or, deux minutes après son arrivée sur les lieux, M. Roussel a découvert que la victime était en arrêt cardiaque, a-t-il déclaré.

L'avocat de la défense a contre-interrogé M. Roussel, mardi matin, sur l'utilisation du défibrillateur cardiaque. Il a également demandé si les ambulanciers paramédicaux auraient pu faire quelque chose de plus pour la victime, qui était étendue au sol, inerte. Le témoin a répondu que rien de plus n'aurait pu être fait.

Incident en marge du procès

Mardi après-midi, deux personnes ont interpellé le policier Montsion, le qualifiant de meurtrier et tenant des propos racistes à l'endroit de ses deux avocats, Me Solomon Friedman et Me Michael Edelson.

Un des deux individus aurait été présent dans la salle d'audience dans les trois derniers jours. Une enquête est en cours pour identifier formellement les individus au coeur de l’incident.

Le juge Robert Kelly veut s’assurer que davantage de mesures de sécurité seront en place pour la suite des procédures.

La coalition Justice pour Abdirahman a dénoncé fermement tous les actes de racisme et d'antisémitisme et s'oppose fermement à ces idéologies haineuses.

La coalition a été choquée par les propos inscrits dans un rapport faisant état d'allégations d'intimidation de l'agent Daniel Montsion et des avocats de la défense Solomon Friedman et Michael Edelson mardi.

Elle a encouragé les membres du public à assister au procès d'une manière pacifique et respectueuse.

Lundi soir, la Couronne a rencontré la mère d'Abdirahman Abdi, aidée d'un interprète. Elle a décidé de ne pas la faire témoigner.

À l'ouverture de son procès, le policier Montsion a plaidé non coupable à des accusations d'homicide involontaire, d’agression armée et de voies de fait graves relativement à la mort de M. Abdi.

Avec les informations de Laurie Trudel

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites