•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdire les cellulaires en classe, loin de faire l’unanimité

Un téléphone cellulaire dans la main d'un élève.

Le gouvernement de l'Ontario entend bannir les cellulaires des salles de classe de la province dès la prochaine année scolaire.

Photo : Radio-Canada

Jean-François Morissette

Le gouvernement de l'Ontario compte interdire les téléphones cellulaires des salles de classe des écoles de la province dès la prochaine année scolaire. Toutefois, la mesure ne fait pas l'unanimité chez les enseignants et les élèves.

Étudiante à l'école Toronto Ouest, Wiam Abrouq, croit que son appareil mobile peut être un outil d'apprentissage. Selon elle, l’idée de bannir les téléphones cellulaires entièrement est extrême.

Nous, notre génération, on utilise toujours notre cellulaire, donc on a besoin des fois de vérifier des petits messages, de vérifier ce que le professeur nous dit.

Wiam Abrouq, étudiante à l'école Toronto Ouest
Une jeune fille avec des lunettesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wiam Abrouq croit que le téléphone cellulaire peut avoir un usage bénéfique dans les salles de classe.

Photo : Radio-Canada

Skyler Doumani estime pour sa part que les téléphones cellulaires peuvent aider à la concentration, notamment lorsque certains de ses camarades ont terminé leurs travaux plus rapidement que les autres.

Alexis Turgeon note qu’un téléphone cellulaire permet également la prise de note plus rapidement.

Tous s’entendent néanmoins pour dire qu’un cellulaire peut également distraire et qu'ils l'ont déjà utilisé en classe à d’autres fins que pédagogiques.

Les conseils scolaires en désaccord

Le président de l'Association des conseils des écoles publiques de l'Ontario (ACEPO), Denis Chartrand, croit que le gouvernement fait fausse route en s’engageant à ce qu’il n’y ait plus de téléphone cellulaire dans les salles de classe.

Il faut vivre au 21e siècle, pas au 20e. Les téléphones cellulaires, les jeunes s'en servent, donc apprenons-leur comment s'en servir correctement et quand s'en servir.

Denis Chartrand, président de l'Association des conseils des écoles publiques de l'Ontario

Selon lui, le gouvernement devrait plutôt encadrer l'usage des appareils, comme c'est le cas actuellement dans la plupart des conseils scolaires, plutôt que de l'interdire.

Le président de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC), Jean Lemay, est du même avis. Selon lui, le téléphone cellulaire peut être bénéfique pour les élèves, si son usage est encadré.

Il ajoute que certaines écoles n’ont pas les fonds nécessaires pour payer des tablettes et autres outils technologiques. En encourageant les élèves à apporter leur appareil, il y voit un avantage.

Respecter les règles

Du côté du conseil scolaire Viamonde, on se dit être prêts à accepter une nouvelle politique du gouvernement, mais on rappelle avoir déjà statué dans le passé que l’utilisation des outils électroniques pour des fins pédagogiques est permise et encouragée surtout en lien avec notre approche AVAN (apportez votre appareil numérique).

Ces outils électroniques incluent l’ordinateur, la tablette et le téléphone intelligent, des outils qui permettent aux élèves d’avoir accès à l’Internet, ajoute une porte-parole pour le conseil Viamonde.

Personne n'était disponible au conseil scolaire MonAvenir pour commenter la nouvelle.

Les cellulaires dans les sacs d’école

Stephen Lecce, député de la circonscription de King-Vaughan, concède qu’il y a des usages pratiques pour un cellulaire en classe. Toutefois, il avance que ce n’est pas le cas actuellement et que les téléphones ne sont pas utilisés pour les besoins de l'apprentissage.

Nous voulons que les salles de classe soient des endroits pour apprendre.

Stephen Lecce, député de la circonscription de King-Vaughan

Sans entrer dans les détails, M. Lecce dit que la responsabilité incombera aux professeurs, aux directions d’écoles et aux conseils scolaires.

Un homme avec une chemise.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stephen Lecce, député de la circonscription de King—Vaughan.

Photo : Radio-Canada

Le député de la circonscription de King-Vaughan estime qu’il y a un besoin de changement dans les salles de classe afin de permettre la réussite d’élèves.

Stephen Lecce affirme que les élèves pourront tout de même amener leur appareil en classe, mais il devra rester éteint et dans leur sac à dos.

M. Lecce ajoute que des lignes directrices seront émises dans les semaines à venir pour encadrer la nouvelle politique.

Dans son projet, le gouvernement entend toutefois permettre les cellulaires pour les enseignants et pour les élèves ayant des besoins spéciaux.

Toronto

Éducation