•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Michel Vienneau : congédiement recommandé des deux policiers impliqués

Les policiers Patrick Bulger et Mathieu Boudreau.

Les policiers Patrick Bulger et Mathieu Boudreau ont abattu Michel Vienneau en 2015, pensant, à tort, qu'il était un trafiquant.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le congédiement de Patrick Bulger et Mathieu Boudreau, les deux policiers impliqués dans la mort de Michel Vienneau, abattu à Bathurst en 2015, a été recommandé à la suite d'une étude externe menée par un enquêteur indépendant.

La Ville de Bathurst a publié un communiqué de presse mardi pour annoncer que des audiences d’arbitrage qui devaient avoir lieu du 18 au 22 mars sont reportées. Ces audiences concernaient le congédiement recommandé de Patrick Bulger et Mathieu Boudreau.

Elles sont reportées en raison d’une demande tardive effectuée par le syndicat (Association policière de Bathurst) agissant au nom des officiers de police, est-il écrit dans le communiqué.

La Ville de Bathurst assure s’être opposée à cet ajournement qui, selon elle, cause du stress dans ce dossier en suspens depuis quelque temps. L’arbitre en a décidé autrement.

Les événements du 12 janvier 2015, qui ont mené aux mesures disciplinaires jugées appropriées par le chef de police de Bathurst, sont si fondamentalement troublants que la confiance publique et les intérêts de la communauté ne méritent pas moins que le dossier soit pleinement diffusé au sein d’un forum public devant un arbitre, peut-on lire dans le communiqué signé par le directeur des communications de la Ville de Bathurst, Luc Foulem.

Une nouvelle date pour les audiences d’arbitrage n’a pas été décidée.

Rappel des faits

Michel Vienneau, âgé de 51 ans, a été abattu à la gare de Bathurst peu après avoir quitté un train arrivant de Montréal, le 12 janvier 2015.

Photo de famille d'Annick Basque et de Michel VienneauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Annick Basque et Michel Vienneau

Photo : Contribution : Facebook

La force policière de Bathurst tentaient d'arrêter l'homme et sa conjointe de fait, Annick Basque, dans le cadre d'une enquête sur le trafic de drogues illicites.

Les policiers soupçonnaient Michel Vienneau d'être un trafiquant, à tort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites