•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de stationnements disparaissent du projet de REM

Il n'y a pas que la couleur du train qui a changé entre le projet initial du REM et aujourd'hui. Plusieurs grands stationnements prévus ont disparu.

Photo : CDPQ Infra

Thomas Gerbet

Quelque 5400 places de stationnement incitatif ont été discrètement retirées des futures gares du Réseau express métropolitain (REM). Dans les banlieues ouest, sud et nord, des municipalités s'inquiètent et des résidents craignent de ne pas pouvoir se rendre aux gares. La Caisse de dépôt et placement du Québec affirme que tout ira bien.

Avec l'arrivée de la future gare du REM à Kirkland, en 2023, Karen Cliffe était prête à utiliser le train plutôt que la voiture pour se rendre au centre-ville de Montréal. Mais aujourd'hui, elle se demande si elle en sera capable.

En effet, le vaste stationnement incitatif, promis par la Caisse il y a deux ans, a disparu du projet. La municipalité l'a appris par hasard, en découvrant les plans.

« Si je ne peux pas me stationner à la gare, je ne prendrai pas le train. Imaginez les parents qui ont des enfants à déposer à la garderie. La station du REM sera à 30 minutes de marche de chez moi et l'arrêt d'autobus le plus proche est à 2 kilomètres. »

Le grand stationnement incitatif prévu à Pointe-Claire a aussi disparu des plans. Et à Sainte-Anne-de-Bellevue, les 2000 places du projet initial ont été réduites à 200.

C'est un non-sens. [...] Ici, pour aller au dépanneur, il faut prendre une voiture.

Paola Hawa, mairesse de Sainte-Anne-de-Bellevue

Sur les 15 413 stationnements que prévoyait la Caisse lorsqu'elle a soumis son projet au gouvernement en 2016, il n'en reste que 10 011.

Jusqu'à tout récemment, il était question de déplacer les 2000 places de stationnements prévues à Sainte-Anne-de-Bellevue vers la gare de Kirkland, mais elles ne verront finalement le jour nulle part.

La mairesse de Saint-Anne-de-Bellevue, Paola Hawa, qui avait souhaité ce déplacement des stationnements, s'inquiète maintenant et se demande où iront se stationner les automobilistes en provenance de Vaudreuil-Dorion qui voudront embarquer dans le train.

De leur côté, les maires de Kirkland et Pointe-Claire marchent sur des oeufs et ont renoncé à participer à ce reportage. Ils espèrent encore pouvoir convaincre le promoteur de maintenir des stationnements, même si la Caisse nous a confirmé qu'il n'y en aura pas.

La Caisse affirme que tout ira bien

Carte indiquant les dates d'entrée en vigueur des tronçons.

Dates d'entrée en vigueur des différents tronçons du REM.

Photo : Radio-Canada

La Caisse de dépôt et placement assure que tout sera mis en place pour acheminer les usagers à la gare.

« L'ensemble des sociétés de transport travaillent actuellement pour offrir des accès efficaces aux stations du REM », explique le porte-parole de CDPQ Infra, Jean-Vincent Lacroix.

La Caisse rappelle que des centaines d'autobus qui se rendaient au centre-ville de Montréal n'auront plus à le faire et pourront être redéployés localement.

À elles seules, les trois stations de l'Ouest-de-l'Île disposeront de 32 quais d'autobus. « Nous nous assurons de mettre en place des infrastructures en transport collectif majeures pour assurer de tels accès. »

On n'a aucun intérêt à ce qu'il n'y ait pas de bons accès au REM. [...] Il ne faut pas prendre la situation actuelle et la projeter dans l'avenir.

Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra

La Caisse mise sur un « cocktail de transports » pour remplacer l'utilisation de l'automobile privative vers les gares : transport collectif, transport actif, taxi, covoiturage, autopartage...

Par ailleurs, le promoteur fait le pari que les usagers pourront utiliser les stationnements de centres commerciaux, déjà existants près des gares, comme à Kirkland et Pointe-Claire. Des places sont souvent libres durant les journées de semaine. Mais il faudra pour cela s'entendre avec les propriétaires.

Réduction des stationnements prévus sur la Rive-Nord et la Rive-Sud

Les stationnements incitatifs se remplissent vite à Deux-Montagnes

Les stationnements incitatifs se remplissent vite, le matin, à Deux-Montagnes.

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

À Deux-Montagnes, la Caisse s'attend à une forte augmentation de l'achalandage avec l'arrivée du REM, qui offrira des départs plus fréquents que le train de banlieue actuel. Pourtant, l'ajout de 721 places de stationnement a été annulé. Le nombre d'espaces offerts aux automobilistes sera le même qu'actuellement.

« Ça risque d'être un problème, anticipe le maire de Deux-Montagnes, Denis Martin. Si les gens sont dans leur voiture et ne trouvent pas de place, ils vont rester dans leur voiture jusqu'au travail. »

Les gens qui vont partir de Oka, Mirabel ou Boisbriand ont besoin de se rendre en voiture à la gare.

Denis Martin, maire de Deux-Montagnes

Le maire constate déjà que les stationnements affichent complet dès 7 h-7 h 30 le matin et les rues avoisinantes sont prises d'assaut.

À la gare lavalloise de Sainte-Dorothée, l'ajout de 500 places a aussi été annulé.

La Rive-Sud va quant à elle perdre des milliers de stationnements qui existent déjà.

Le stationnement incitatif Chevrier de 2313 places disparaîtra au profit de la nouvelle station Du Quartier qui ne comptera aucun stationnement dédié. La Caisse anticipe que les passagers proviendront principalement du nouveau développement immobilier Solar, en construction à proximité.

À la gare Panama, la majorité des stationnements existants va disparaitre. Il n'en restera que 200, au lieu d'un millier actuellement. Initialement, la Caisse avait pourtant prévu d'en offrir 700.

Selon nos informations, les développements possibles autour des stations ne sont pas étrangers à la décision de réduire les espaces dédiés aux stationnements. Ces terrains sont extrêmement prisés et la Caisse bénéficie d'une captation de la plus-value foncière.

« Nous sommes en train de réviser notre réseau, explique la porte-parole du Réseau de transport de Longueuil (RTL), Alicia Lymburner. On voudra rabattre les lignes actuelles qui roulent sur le pont Champlain pour mieux desservir les stations du REM. »

Quelque 450 autobus du RTL qui se rendaient à Montréal seront redéployés sur la Rive-Sud vers les gares du REM.

Un changement d'habitude est à prévoir.

Alicia Lymburner, porte-parole du Réseau de transport de Longueuil

Y aura-t-il assez d'autobus?

Autobus de la Société de transport de Montréal (vue arrière)

Autobus de la Société de transport de Montréal

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Pour réussir son pari, la Caisse s'en remet donc aux sociétés de transport pour acheminer les passagers. Mais il faudra une amélioration significative du service pour y arriver : plus de circuits et plus de fréquence.

Dans l'ouest de l'île, le réseau d'autobus n'est « pas winner », de l'aveu même de la mairesse de Sainte-Anne-de-Bellevue, Paola Hawa.

Il va falloir arriver avec un plan solide de desserte des stations. Sinon, ça ne tiendra pas la route.

Christian Savard, directeur général de Vivre en ville

Le directeur général de l'organisme Vivre en ville, Christian Savard, est « plutôt favorable à la réduction du nombre de stationnements par rapport au projet initial », pour éviter que le REM ne contribue à l'étalement urbain.

« C'est un défi », convient-il. Une augmentation du nombre d'autobus dans l'ouest sera nécessaire, selon M. Savard. « Il faudra une très grande fréquence de passage des autobus, aux 10 minutes, pour ne pas que les gens attendent. »

Les 300 nouveaux autobus commandés par la Société de transport de Montréal suffiront-ils à combler tous les besoins d'un bout à l'autre de l'île? « Ça devrait prendre plus de véhicules », croit François Pépin, président de Trajectoire Québec.

Il va y avoir une pression pour améliorer le service et c'est une bonne nouvelle.

Christian Savard, directeur général de Vivre en ville

Les gares du REM prévues au centre de l'île de Montréal n'auront aucun stationnement incitatif, de même que celles vers l'aéroport.

Grand Montréal

Transport en commun