•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook retire temporairement une publicité critiquant les géants technos

Le titre Facebook s'effondre à la bourse.

Le logo de Facebook sur les écrans de Nasdaq à Times Square, à New York

Photo : The Associated Press / Richard Drew

Agence France-Presse

Souvent accusée de ne pas filtrer suffisamment les contenus, Facebook a fait preuve d'un zèle malencontreux en retirant temporairement des publicités de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren appelant au démantèlement des géants technologiques.

« Curieux de savoir pourquoi je pense que FB [Facebook] a trop de pouvoir? Commençons par leur faculté à clore un débat sur le fait que FB a trop de pouvoir. Merci d'avoir rétabli mes publications. Mais je veux un marché du réseau social qui ne soit pas dominé par un censeur unique », a tweeté lundi soir la sénatrice, l'une des candidates démocrates à la présidentielle américaine de 2020.

Mme Warren a détaillé vendredi un vaste plan de démantèlement des géants technologiques, qui ont, selon elle, « trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie » et qui étouffent la concurrence. Dans le viseur : Facebook, Google et Amazon.

Elizabeth Warren, avec des lunettes, prenant la parole.

Elizabeth Warren

Photo : Getty Images / Win McNamee

Aux États-Unis, il est courant pour des personnalités politiques de faire paraître sur les réseaux sociaux des publicités en vue de vanter leurs idées ou leur candidature.

Interrogée par l'Agence France-Presse (AFP), Facebook a confirmé avoir retiré quatre de ces publications « car elles enfreignaient les règles en matière d'usage de [son] logo ». Mais « par souci de rendre possible un débat solide, nous [les] rétablissons », a ajouté la multinationale.

Le réseau social, où les publications en question n'ont disparu que pendant quelques heures, a fait valoir que d'autres messages du même type appelant eux aussi à démanteler les groupes technologiques n'avaient pas été affectés.

Le paradoxe Facebook

Au-delà de l'anecdote, ce retrait de messages de Mme Warren illustre plusieurs paradoxes autour du puissant réseau social, qui se voit tour à tour reprocher de trop contrôler les contenus (et de faire de la censure), ou, au contraire, de ne pas le faire assez en laissant pulluler les appels à la haine ou les manipulations en tous genres.

Autre paradoxe : même ses détracteurs – dont Elizabeth Warren – utilisent la puissance de Facebook pour promouvoir leurs idées.

Facebook revendique 2,3 milliards d'utilisateurs mensuels actifs dans le monde. Moyennant de petites sommes, il est possible envoyer des messages publicitaires à des groupes d'utilisateurs spécifiques.

Réseaux sociaux

Techno