•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les touristes sont plus à risque de mourir d'une noyade

Des baigneurs sur une plage.

Des baigneurs sur une plage de Sydney, en Australie

Photo : Reuters / Jason Reed

Radio-Canada

Même si votre hôtel donne sur une plage, cela ne veut pas dire qu'elle est sécuritaire. Le taux de mortalité par noyade chez les touristes est plus élevé, selon le doyen de la Faculté des sciences de l'Université de Windsor, Chris Houser.

Parce qu’ils sont en vacances, les gens ne pensent pas aux règles de sécurité, dit-il.

Un homme dans la cinquantaine au regard vif sourie légèrement à l'appareil photo, il porte un chandail bleu foncé et il y a un microphone CBC devant lui. Il est dans un studio de radio.

Le doyen de la faculté des sciences de l'Université de Windsor, Chris Houser

Photo : Radio-Canada / Tom Addison

Ce phénomène est appelé, dit-il, un cerveau de touriste : on pense qu’on n’aurait pas accès à la plage si elle était dangereuse. On voit d’autres personnes se baigner, alors on ne se méfie pas des dangers potentiels.

Ce qui est primordial, c’est de trouver un sauveteur, soutient le scientifique. Une plage où se trouve un sauveteur est toujours la plus sécuritaire, explique-t-il.

M. Houser ajoute que le « cerveau de touriste » fait croire aux vacanciers que toutes les plages comportent le même niveau de danger, même si cela n’est pas le cas. Ces dangers ne sont pas constants, ils peuvent changer à tout moment, dit-il.

Même si nous sommes excités lorsque nous allons en vacances, le doyen rappelle aux voyageurs qu’ils ne peuvent pas baisser leur garde, ils doivent rester vigilants.

Windsor

Prévention et sécurité