•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisser les seuils d’immigration est « une décision irréfléchie », selon l’IRIS

Simon Jolin-Barrette et François Legault à l'Assemblée nationale

Simon Jolin-Barrette et François Legault ont proposé d'accepter 40 000 immigrants en 2019, contre près de 50 000 ces dernières années.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Romain Schué

« Rien ne justifie la réduction » des cibles d'immigration voulue par le gouvernement Legault, selon l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS), qui publie une étude à ce sujet. Passer d'environ 50 000 à 40 000 immigrants par an au Québec serait « une décision irréfléchie », juge l'institut.

« Il faut au moins maintenir la cible actuelle. Rien n’indique que si on diminue cette cible, si on intègre moins d’immigrants, leur intégration va être meilleure. Au contraire », explique Julia Posca, chercheuse à l’IRIS.

Pour justifier cette analyse qu'a pu consulter Radio-Canada, l’Institut de recherche, qui se dit « indépendant et progressiste », se base sur différentes données.

Au cours de la dernière décennie, « on constate que la situation des immigrants au Québec s’est améliorée. Ils participent en masse au marché du travail », précise Julia Posca, tout en évoquant un risque démographique pour la société québécoise.

Alors qu'on s'attend à une baisse de la population active dans les prochaines années, selon différentes projections, « la décision de diminuer la cible du nombre d’immigrants apparaît comme irréfléchie », ajoute la chercheuse.

Ce n’est pas le moment de diminuer les cibles d’immigration. Au contraire. D’autant plus qu’il y a des entreprises qui parlent de pénurie de main-d’œuvre, qui ont des difficultés pour recruter. C’est le bon moment pour accueillir des personnes immigrantes en leur donnant évidemment les moyens de bien s’intégrer.

Julia Posca, chercheuse à l’IRIS

Le milieu économique favorable à un maintien ou à une hausse

Cette position va dans le sens de celles tenues récemment par de nombreux acteurs du milieu économique, qui félicitent néanmoins la volonté du gouvernement Legault de mieux arrimer l'immigration avec les besoins du marché du travail.

À la fin de l’année passée, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) avait dénoncé le plan de réforme de l’immigration déposé par le ministre Simon Jolin-Barrette. « Il s’agit d’un bassin de main-d’œuvre essentiel pour la prospérité du Québec. En réduire le volume ne fait qu’empirer la situation », avait commenté Yves-Thomas Dorval, le président du CPQ.

Dans leurs mémoires respectifs déposés durant les consultations parlementaires du projet de loi sur l’immigration, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) ont tenu sensiblement le même discours.

La CCMM « encourage fortement le gouvernement à hausser le plus tôt possible les seuils d’immigration à 60 000 par année », peut-on notamment lire dans ce document.

Le gouvernement fédéral, de son côté, a déjà fait part de sa préférence pour une augmentation des niveaux d'immigration, même si la catégorie de l'immigration économique est directement gérée par Québec.

Le plan d'immigration du gouvernement Legault

40 000 immigrants admis en 2019, dont 23 450 dans l'immigration économique, contre près de 30 000 ces trois dernières années.

Baisse du taux de chômage

Le taux de chômage des immigrants s’est nettement amélioré, détaille l’IRIS dans son rapport. En 2018, il est de 6,7 % pour l’ensemble de ces nouveaux arrivants, par rapport à 4 % pour la population née au Canada.

L’écart reste cependant grand pour les immigrants présents au Québec depuis moins de cinq ans (10,2 %), mais une baisse de 40 % a été constatée dans cette catégorie depuis 2008.

Par ailleurs, le taux d’emploi des personnes immigrantes au Québec a nettement grimpé, et dépasse maintenant légèrement celui de l’Ontario (78,9 % contre 78,5 %), ajoute l'IRIS.

Le projet de loi veut donner carte blanche aux entreprises. Mais le problème, ce n’est pas la sélection des immigrants. Ce sont les obstacles pour accéder au marché du travail. Et là-dessus, il y a du travail à faire du côté du gouvernement.

Julia Posca, chercheuse à l’IRIS

L’IRIS souligne notamment la forte scolarisation des nouveaux arrivants, supérieure à celle de la population québécoise (42 % des immigrants détenaient un certificat, un diplôme ou un grade universitaire en 2016, contre 27,9 % des non-immigrants).

« Même si on continue de voir des écarts entre la population immigrante et la population native, la politique du gouvernement n’apporte pas de solutions pour répondre à ces problèmes », reprend Julia Posca.

Les problèmes identifiés par l’IRIS

  • Une reconnaissance des diplômes à améliorer en collaboration avec les ordres professionnels
  • Une reconnaissance de l’expérience
  • La discrimination à l’embauche avec une sensibilisation à mener pour « lever cet obstacle qui freine la pleine intégration des immigrants au marché du travail »

Veiller aux « préjugés », dit l’IRIS

L’IRIS met également l’accent sur une approche politique qui « risque d’alimenter les préjugés envers les immigrants ». Le système Arrima, mis en place l’été dernier par le gouvernement libéral et suspendu par François Legault jusqu’à l’adoption du projet de loi, est dans le viseur de l’Institut.

« Le problème d’avoir une vision aussi étroite de l’immigration, c’est qu’en période de ralentissement économique, on peut craindre que les immigrants soient perçus comme étant inutiles ou de trop, alors qu’ils ont tout à apporter à la société. Il ne faut pas oublier cette dimension plus humaine de l’immigration », assure Julia Posca.

Le ministre Jolin-Barrette se défend

Invité à réagir à cette étude, le cabinet du ministre Simon Jolin-Barrette assure avoir reçu « un mandat clair » lors du dernier scrutin : « réformer le système d’immigration brisé par les 15 dernières années libérales », écrit Marc-André Gosselin, porte-parole du ministre, dans un courriel transmis mardi soir.

« Les problématiques en matière d’immigration sont réelles et concrètes. Notre gouvernement va remédier à la situation en apportant les réformes nécessaires pour permettre au plus grand nombre d’immigrants de pleinement bénéficier de leur expérience au Québec », ajoute-t-il, en rappelant que le taux de chômage des immigrants arrivés depuis 5 ans et moins « est toujours au moins deux fois plus élevé que celui de la population native ».

Tel que l'a déjà annoncé François Legault à maintes reprises, en évoquant une meilleure francisation et intégration pour les nouveaux arrivants, la baisse des seuils sera « temporaire ». « La durée sera définie lors de la planification pluriannuelle », explique l'attaché de presse, sans davantage de détails.

Politique provinciale

Politique