•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec alloue 3,5 millions pour l’achat de classes d'appoint à Montréal et Laval

Des maisons usinées sont transformées en classes à Laval.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Québec accorde 3,5 millions de dollars à deux commissions scolaires du Grand Montréal, soit Marguerite-Bourgeoys et celle de Laval, pour l'achat de petites maisons usinées qui serviront de salles de classe en attendant la construction de nouvelles écoles. Toutefois, Québec solidaire réclame des efforts beaucoup plus importants de la part du gouvernement Legault.

« Les maisons-classes sont une solution innovante pour répondre, à court terme, au manque d’espace que connaissent certaines commissions scolaires et pour permettre à nos écoles d’accueillir tous les élèves de leur secteur », a estimé ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, mardi à l’école de l’Avenir, à Laval.

« D’ici la construction de nouvelles écoles et l’agrandissement d’écoles existantes dans ces secteurs, ces espaces alternatifs de qualité viennent répondre à un besoin immédiat », a ajouté le ministre.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-Francois Roberge.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-Francois Roberge.

Photo : Radio-Canada

La Commission scolaire de Laval recevra un montant de 1,8 million de dollars pour acheter et aménager 10 petites maisons. Quatre seront liées à l’école secondaire Saint-Martin et les six autres seront destinées au secteur Chomedey. Ils seront utilisés pendant la construction de deux écoles primaires.

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys pourra quant à elle compter sur une somme d’un peu plus de 1,7 million de dollars pour l’installation de six maisons-classes de deux étages liées à l’école secondaire Mont-Royal.

Les maisons pourront plus tard être réinstallées ailleurs selon les besoins, puisqu'elles ont été conçues pour être déplacées.

Un projet pilote a été réalisé dans les derniers mois à l’école primaire de l’Avenir, dans le quartier de Chomedey. Une somme de 600 000 $ avait alors été allouée à la Commission scolaire de Laval.

Bien des écoles ont opté pour des classes modulaires, dans les dernières années, mais comme la demande est forte, la Commission scolaire de Laval ne souhaitait pas en commander en raison du risque de retards de livraison. Le concept de maison-classe s'est alors imposé.

Elle a donc fait appel aux Industries Bonneville, qui ont modifié un modèle de chalet pour le transformer en classe. Les locaux, dont les plafonds et les poutres sont en bois, sont éclairés par de grandes fenêtres.

Les maisons-classes utilisées dans le cadre de ce projet pilote ont « été appréciées au plus haut point des enseignants et des élèves qui ont eu la chance d’y passer du temps », a assuré Jean-François Roberge.

La vétusté des écoles

Par ailleurs, Québec solidaire et une dizaine d'élus montréalais ont demandé mardi au gouvernement de François Legault de préparer un plan stratégique d’« envergure » pour s'attaquer au problème de vétusté des écoles de l'île de Montréal.

« L’état de décrépitude de nos écoles publiques à Montréal a atteint un point critique », a fait valoir le député de Rosemont, Vincent Marissal.

Si le gouvernement n’agit pas maintenant, c’est une génération entière qui sera abandonnée au délabrement, aux moisissures et aux classes modulaires.

Vincent Marissal, député de Québec solidaire

Près de 90 % des bâtiments de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) sont considérés comme étant « en mauvais état » ou « en très mauvais état », a souligné M. Marissal. Ils nécessitent des besoins urgents en rénovation, a-t-il insisté.

Vincent Marissal s'adresse aux journalistes.

C'est le député Vincent Marissal qui a présenté la motion, avec l'appui du ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, de la députée péquiste Catherine Fournier et du député indépendant Guy Ouellette.

Photo : Radio-Canada

Le député solidaire a déploré que des jeunes « se retrouvent à étudier dans des roulottes en Gyproc », en référence aux 91 classes modulaires qu'utilise présentement la CSDM.

« Dans ma circonscription seulement, il manque 50 classes primaires à l’heure où on se parle », a-t-il dit.

« La CSDM estime que construire, rénover et entretenir ses bâtiments coûtera jusqu’à 1,3 milliard de dollars. Et que prévoit la CAQ? 1,2 milliard pour tout le Québec. Ce n’est pas sérieux », a regretté Vincent Marissal.

Grand Montréal

Politique provinciale