•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement d’hélicoptère près de Timmins : le BST dépêche une équipe sur place

Vue aérienne d’une forêt enneigée avec un cercle rouge montrant l’endroit où a eu lieu l’accident.

Images aériennes de l’endroit où s’est écrasé l’hélicoptère de Jody et Nicole Blais.

Photo : Forces armées canadiennes

Jean-Loup Doudard

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a envoyé du personnel sur les lieux de l'écrasement de l'hélicoptère de Jody et Nicole Blais. La police provinciale de l'Ontario (PPO) enquête également sur les circonstances de la tragédie.

Les corps de Jody et Nicole Blais ont été retrouvés vers 13 h 15 lundi par un avion Hercules de l’Armée royale canadienne.

Le couple de Kapuskasing manquait à l’appel depuis une semaine.

Des techniciens du BST tenteront de se rendre sur place mardi afin de prendre des photos de l’écrasement pour déterminer s’il y a matière à enquête.

L’hélicoptère de Jody Blais s’est écrasé à 65 kilomètres de sa destination finale, soit Fauquier.

En raison de la difficulté d’accès à l'emplacement, la décision du BST de mener une enquête ou non pourrait prendre plusieurs jours.

Le BST est un organisme fédéral dont le mandat est de promouvoir la sécurité des transports en menant des enquêtes indépendantes.

Il ne lui revient pas de trouver des responsables des accidents, mais d’améliorer la sécurité dans les transports au pays.

La PPO a repris le contrôle des lieux et effectue une enquête en parallèle.

Ce que l’on sait

L’hélicoptère Robinson R-66 de Jody Blais a été enregistré le 23 février 2018 auprès de Transports Canada.

Il était auparavant enregistré au nom de Aviation X-Ray Inc. en mai 2013.

Jody et Nicole Blais devant leur hélicoptère.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le couple Blais est parti de Sudbury le 4 mars en soirée en hélicoptère pour retourner chez eux à Fauquier, mais ils ne se sont jamais rendus à destination.

Photo : famille Blais

Seuls 50 hélicoptères de ce modèle sont enregistrés au pays.

Jody Blais était un pilote d’expérience qui avait l’habitude de faire le trajet Sudbury-Fauquier en ligne directe.

Selon sa famille, il appelait généralement l’aéroport de Timmins lorsqu’il effectuait ce trajet.

Or, il ne l’a pas fait lors de son dernier voyage, ce qui a mené les équipes de recherche à concentrer leurs fouilles dans la zone comprise entre Timmins et Fauquier.

Le soir de la disparition du couple, il faisait -15 degrés Celcius dans la région de Timmins et il y avait des averses de neige, selon Environnement Canada.

La visibilité était réduite à 9,7 km vers 18 heures.

Une communauté endeuillée

Les messages de condoléances pour la famille continuent d’affluer au lendemain de la mort du couple Blais.

Une femme dépose des fleurs devant la porte extérieure d’un commerce.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des fleurs sont déposées devant la boutique de fleurs de Nicole Blais qui avait pignon sur rue à Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Les députés fédéral et provincial représentant la région de Kapuskasing ont partagés leur condoléances mardi après-midi.

Carol Hughes, la députée d’Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, a déclaré : Nous partageons la peine et la douleur de la collectivité devant le décès tragique de Jody et Nicole Blais.

Le député provincial de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgouin a quant à lui tenu à souligner les efforts de tous ceux qui ont participé à l'opération de recherche.

Nous sommes grandement reconnaissants de toute l’aide et des ressources déployées par le gouvernement fédéral, la province et la municipalité, ainsi que du travail colossal et de la détermination inébranlable des bénévoles locaux et des gens qui ont soutenu leurs efforts.

Guy Bourgouin, député provincial de Mushkegowuk—Baie James

Dans un communiqué de presse, le maire de Kapuskasing David Plourde a de son côté souligné la contribution du couple à la vie communautaire de la municipalité nord-ontarienne.

Nous espérons qu’en ces circonstances difficiles les personnes affligées puissent [prendre] un certain réconfort dans le fait que Jody et Nicole étaient des entrepreneurs très respectés de notre communauté et que nous considérons qu’il s’agit là d’une immense perte à la fois pour nous et pour nos citoyens, a-t-il écrit.

Il a entre autres souligné la participation de Jody au développement et [à] l’avancement d’une nouvelle initiative de complexe résidentiel pour personnes âgées.

Finalement, M. Plourde a aussi pris un moment pour reconnaître les efforts de Gilbert Mondoux.

Votre énergie positive n’a pas échappé aux centaines de personnes qui s’accrochaient à l’espoir, a-t-il exprimé.

M. Mondoux avait assemblé plus d’une soixantaine de volontaires pour fouiller les sentiers en motoneige.

Disparition

Justice et faits divers