•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Aux origines de l’Insectarium de Montréal

    Un insecte avec camouflage de branche feuillue sur le bras d'un homme.
    L'insectarium de Montréal a été le premier musée de l'Amérique du Nord consacré aux insectes. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Depuis le 11 mars, l'Insectarium de Montréal est temporairement fermé afin d'être rénové. À travers nos archives, découvrez l'histoire de ce musée unique qui a ouvert ses portes en 1990.

    Le 9 février 1990, au moment de son ouverture, l’émission Édition magazine s’intéresse au premier musée de l'Amérique du Nord entièrement consacré à l’entomologie.

    Édition magazine, 9 février 1990

    Sur place, la journaliste Sylvie Perron présente la collection de l’Insectarium. Elle comprend des insectes de tous les coins du monde disposés de façon interactive avec notamment des installations qui en révèlent des données surprenantes.

    Pour ceux qui craignent ou détestent les insectes, la journaliste assure qu’un tour complet de l’exposition permet de se réconcilier avec ces petites créatures.

    L’Insectarium de Montréal compte 350 000 spécimens d’insectes.

    De ce nombre, 250 000 proviennent de la collection personnelle de l’entomologiste québécois Georges Brossard.

    C’est d’ailleurs à ce grand passionné des insectes que l'on doit la fondation de ce musée réservé à l’entomologie.

    La fougue et l’audace de Georges Brossard

    Pendant une dizaine d'années, l’entomologiste autodidacte a parcouru la planète à la recherche de bestioles des plus variées. Il a ainsi amassé la plus grande collection privée d'insectes du monde.

    Une collection dont il fait don à l’Insectarium de Montréal.

    Découverte, 10 novembre 1991

    L’émission Découverte du 10 novembre 1991 dresse le portrait de Georges Brossard.

    Avec son impressionnante collection en poche, le notaire devenu entomologiste a consacré toutes ses énergies à concevoir un musée à la gloire des insectes.

    Des collections comme ça, si belles, si prestigieuses, ne peuvent appartenir à un seul homme.

    Georges Brossard

    En ouvrant sa collection au grand public, Georges Brossard souhaite lui donner une mission éducative. Sa vision claire et sa passion contagieuse seront parvenues à convaincre la Ville de Montréal de fonder un Insectarium.

    Dans cette entrevue avec le journaliste Mario Masson, Georges Brossard explique l’importance capitale des insectes pour l’écologie de la planète.

    Ce sont les plus grands vidangeurs au service de l’homme!

    Georges Brossard

    Seulement 1 % des insectes, explique-t-il, sont considérés comme nuisibles à l’homme.

    L’Insectarium de Montréal permet de mieux comprendre leur rôle et, aux yeux de son fondateur, de les réhabiliter.

    Georges Brossard a participé à toutes les étapes de la création du musée. Il rêvait d’un temple, d’un monument spécialement érigé pour eux.

    Pari réussi. Avec son caractère ludique et éducatif, l’Insectarium de Montréal connaît un grand succès dès son ouverture.

    Près de trente ans plus tard, l'établissement accueille près de 400 000 visiteurs par année.

    L’Insectarium de Montréal est à présent fermé au public pour environ deux ans.

    Les travaux de rénovation prévus durant cette période permettront de créer un Insectarium renouvelé, dont la superficie sera 68 % plus grande qu'actuellement.

    L’Insectarium de Montréal devrait rouvrir ses portes à l’été 2021.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Science