•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente « historique » sur la pêche à la mactre de Stimpson

Sushi à la macrtre de Stimpson
La mactre de Stimpson pêchée au large de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Écosse est très prisée des marchés asiatiques, car elle entre dans la préparation de sushis. Photo: Radio-Canada / CBC/Robert Short
Radio-Canada

Après l'échec d'un accord précédent, 14 Premières Nations de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador ont conclu, avec le transformateur de fruits de mer Clearwater Seafoods, une entente de 50 ans sur l'exploitation de la mactre de Stimpson, un mollusque très prisé en Asie.

Les diverses parties ont signé un communiqué conjoint où elles affirment que cette entente permettra aux 14 Premières Nations qui côtoient cette ressource de devenir des acteurs importants de la pêche commerciale [à la mactre].

La mactre de Stimpson est un mollusque de couleur rouge vif, de la famille des palourdes, dont les exportations vers le Japon, où elle est utilisée dans la confection de sushis, rapportent des dizaines de millions de dollars.

Le transformateur Clearwater Seafoods, basé à Halifax, avait le monopole de sa pêche en eaux canadiennes jusqu’à ce qu’Ottawa accorde 25 % du quota à un consortium de nations autochtones, l’an dernier.

ARLINGTON HEIGHTS, IL - APRIL 30: Packages of Hokkigai surf clams are displayed at Mitsuwa Marketplace April 30, 2004 in Arlington Heights, Illinois. For such reasons as health, flavor and cooking purposes, Asian food and related cooking ingredients are becoming more popular in the U.S. as newer Asian supermarkets are opening and stocking the unique ingredients for use in the cuisine. (Photo by Tim Boyle/Getty Images)La mactre de Stimpson est surtout vendue au Japon. Photo : Getty Images / Tim Boyle

Décision contestée

La décision avait été contestée parce qu’aucune des Premières Nations de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve n’était représentée au départ au sein du consortium gagnant. Ce consortium était dirigé par la Première Nation d’Elsipogtog, au Nouveau-Brunswick.

Le commissaire fédéral aux conflits d’intérêts avait d’ailleurs ouvert une enquête sur les liens allégués entre des élus libéraux fédéraux et ce consortium. Pêches et Océans Canada avait annulé le quota avant l’aboutissement de cette enquête et annoncé un nouvel appel d’offres.

D'importantes retombées pour les Premières Nations

La nouvelle entente annoncée lundi protégera les emplois existants dans la pêche à la mactre de Stimpson tout en créant de la croissance et de l’emploi dans les 14 Premières Nations qui côtoient la ressource, peut-on lire dans le communiqué des partenaires.

Des travailleurs à Grand Bank, T.-N.-L., apprêtent la mactre de Stimpson.Des travailleurs à Grand Bank, T.-N.-L., apprêtent la mactre de Stimpson. Photo : CBC/Sherry Vivian

Il ajoute que l’entente créera des millions de dollars en retombées économiques pour les communautés autochtones qui se partageront les revenus de la pêche. Elles toucheront également des revenus de la vente de biens et de services à l’industrie de la pêche à la mactre de Stimpson, précise-t-on.

Terre-Neuve-et-Labrador

Industrie des pêches