•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une agence gouvernementale indépendante pour améliorer la couverture cellulaire

Une antenne de téléphonie cellulaire

Plusieurs municipalités des Basque et du Témiscouata ne sont pas desservies par le réseau de téléphonie cellulaire.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Édith Drouin

Le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, estime que les problèmes de couverture de téléphonie cellulaire pourraient se régler avec la création d'un organisme gouvernemental indépendant qui aurait pour mandat de développer l'infrastructure dans les régions mal desservies.

Le député a commencé une série de consultations à ce sujet lundi, à Saint-Mathieu-de-Rioux.

Il a entre autres proposé la création de l’Agence canadienne d’infrastructure d’Internet mobile, une solution qu’il avait présentée pour la première fois en 2016 au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

L’organisme indépendant serait financé par les grandes compagnies de télécommunication, au prorata de leurs parts de marchés.

Le député explique que ces entreprises ont pour l’instant très peu d’incitatifs à investir dans des régions moins peuplées, alors qu’une tour de télécommunication peut coûter de 300 000 à 500 000 $.

Si les compagnies individuellement n’ont pas d’incitatifs à investir, créons une agence gouvernementale indépendante qui elle va prendre les décisions d'investissements dans toutes les zones peu ou pas desservies à travers le pays.

Guy Caron, député de Rimouski-Neigette--Témiscouata--Les Basques

Pour ce qui est de l’appui politique derrière cette initiative, Guy Caron affirme pour l’instant que son parti semble intéressé et qu’il travaille à faire connaître son idée.

Le député n’arrive pas à s’expliquer pourquoi autant de financement est disponible pour élargir l’accès à Internet haute vitesse, mais si peu pour augmenter l’accessibilité à la téléphonie cellulaire.

Des régions laissées pour compte

Guy Caron estime que 11 des 39 municipalités de sa circonscription ne sont pas desservies ou mal desservies par le réseau cellulaire.

Plus d'une quarantaine de personnes étaient présentes pour la consultation sur la téléphonie cellulaire à Saint-Mathieu-de-Rioux.

Plus d'une quarantaine de personnes étaient présents pour la consultation sur la téléphonie cellulaire à Saint-Mathieu-de-Rioux.

Photo : Radio-Canada

Plus d'une quarantaine de citoyens étaient d'ailleurs présents à la rencontre de Saint-Mathieu-de-Rioux. Plusieurs ont déploré l’absence ou la piètre qualité du signal cellulaire dans leur municipalité.

Il n’y a pas de service et ils ne veulent pas en mettre, c’est assez clair!

Marc Jean, résident de Saint-Mathieu-de-Rioux

Je pense que c’est essentiel pour la survie des communautés, pour le développement économique du milieu et aussi pour l’aspect sécurité, parce qu’à un moment donné, il y a des services d’urgence que tu ne peux pas avoir parce que le réseau cellulaire ne rentre pas.

Jean-Louis Gagnon, Notre-Dame-des-Neiges

Il faut que je reste à la maison pour attendre l’appel de l’union, sinon tu perds la job. [...] On ne peut pas sortir à cause de ça. Le cellulaire, c’est rendu une priorité majeure de la vie!

Jeannot Ouellet, résident de Saint-Mathieu-de-Rioux

Plusieurs ont également insisté sur l’importance d’une solution réaliste à court ou moyen terme.

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis, affirme que la région est vraiment sous-développée en termes de téléphonie cellulaire et que cette réalité a un impact négatif sur les entreprises locales.

Le préfet appuie l'idée de la création d’une agence gouvernementale indépendante, mais souligne qu'une forte volonté politique sera nécessaire pour la concrétiser.

Oui, c’est réaliste, encore là, ça va aller en proportion de la volonté des élus de légiférer dans ce sens-là, a-t-il expliqué.

Deux autres consultations se dérouleront à Lac-des-Aigles mardi et Témiscouata-sur-le-Lac mercredi.

Bas-Saint-Laurent

Télécommunications