•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marches pour le climat : 150 élèves montréalais sanctionnés

Le reportage de Jean-Philippe Robillard
Jean-Philippe Robillard

Plus de 150 élèves de l'école secondaire Robert-Gravel, située dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ont écopé de mesures punitives pour s'être absentés afin de participer à des manifestations sur les changements climatiques à Montréal. Ces manifestations s'inscrivent dans un mouvement international pour sensibiliser la population aux enjeux du climat.

Depuis le 15 février, ces élèves font l’école buissonnière les vendredis après-midi afin de dénoncer les changements climatiques comme le font des jeunes partout dans le monde. C’est d’ailleurs dans cet établissement qu’est né le mouvement à Montréal.

Aux yeux de la direction de l’établissement, cette mobilisation étudiante hebdomadaire pose toutefois problème. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, la plupart des jeunes qui y prennent part n'ont pas fourni d'autorisation parentale pour quitter l'école comme ils le font le vendredi depuis presque un mois, ce qui contrevient au code de vie de l’établissement.

Résultat, le directeur de l’école secondaire Robert-Gravel, Mathieu Lachance, n'a pas eu le choix d’intervenir et de sévir. Selon des sources, il a mis en retenue 168 élèves depuis un mois. Dans une communication aux parents datée du 1er mars, le directeur se dit conscient de l’importance de l’enjeu lié aux changements climatiques et des préoccupations des élèves, mais il affirme du même souffle que « les enseignants ont un programme à couvrir et il importe que les élèves assistent à leurs cours ».

Les propos du directeur ont choqué certains parents. Catherine Lavarenne, dont la fille fréquente l’école, déplore l’attitude de la direction. « Je trouve que c'est un manque de jugement que de ne pas soutenir l'inscription des jeunes qui fréquentent cette école-là dans un mouvement planétaire qui est en train de se former de la jeunesse qui souvent n’a pas le droit de vote. » Elle ajoute que « le rôle de l’école est de les accompagner ».

La CSDM écrit aux parents

La situation est telle qu'en prévision de la grande marche pour le climat du 15 mars, la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, qui est pour la démarche des élèves, a fait parvenir une lettre aux parents.

« On est en faveur de ce que font nos élèves comme démarche pour le développement durable, pour notre planète, en même temps on a des responsabilités comme commissions scolaires auprès des parents [...] On comprend qu’on ne pourra pas assurer la sécurité des enfants qui vont quitter l’école. »

Dans cette lettre, Mme Harel-Bourdon demande aux parents de motiver l'absence de leur enfant pour la journée du 15 mars. « Il faut que les parents soient au courant et qu’ils autorisent leur enfant à participer à cet événement [...] Ce sont eux les premiers éducateurs de leurs enfants, donc c’est à eux de déterminer avec leur enfant ce que l’élève fera le 15 mars. »

La présidente de la CSDM souhaite également que les parents motivent auprès des directions d’écoles toutes les autres manifestations auxquelles déciderait de participer leur enfant. « Il reste 16 vendredis jusqu'à la fin de l'année, donc on ne peut pas se permettre qu'ils manquent autant d'après-midi, parce que la Loi sur l'instruction publique nous oblige à un certain nombre de jours [en classe]. »

Selon la CSDM, des élèves de cinq écoles secondaires comptent participer au mouvement de grève du 15 mars, notamment ceux de Robert-Gravel et de Sophie-Barat, une école de l’arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville.

Une élève de l’école Robert-Gravel, Sara Montpetit, a lancé le mouvement dans la métropole après avoir vu une vidéo de l’adolescente suédoise Greta Thunberg qui manifeste tous les vendredis devant le parlement de son pays.

Environnement

Société