•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la rescousse des producteurs laitiers de la Gaspésie

Dans une étable, une étudiante en agriculture prépare la traite des vaches

Vaches laitières

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Radio-Canada

La Fédération des producteurs laitiers du Québec s'occupera en priorité des régions Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Abitibi-Témiscamingue pour le rachat de quotas de production.

Pour pouvoir augmenter leur capacité de production, les producteurs laitiers doivent acheter de ceux qui sont en surplus de quotas. Et ceux dont les fermes sont dans ces deux régions ciblées par la fédération pourront prioritairement les acquérir.

Cette décision devrait aider à soutenir la production laitière dans ces secteurs au moment où l’industrie canadienne doit composer avec des accords internationaux qui augmenteront la concurrence étrangère sur le marché intérieur.

L’an dernier, sur les 11 000 producteurs laitiers que comptait le Canada, la moitié étaient au Québec, mais seulement 14 en Gaspésie. Ils ne sont plus que 13 cette année, avec la fin des opérations d’un producteur du versant nord de la péninsule.

Un producteur laitier prend soin de ses vaches.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un producteur laitier prend soin de ses vaches.

Photo : Radio-Canada

Certaines entreprises de la région ont racheté une part du quota laitier afin d'augmenter leur chiffre d'affaires, mais la Gaspésie dépose malgré tout un bilan de production négatif. La région a en effet perdu environ 20 kilos de quotas.

La Fédération des producteurs laitiers du Québec permettra donc aux producteurs restants de racheter ces quotas perdus. Ils pourront produire ainsi plus de lait avec une réglementation plus souple.

Selon la Fédération le droit de produire du lait a augmenté de 20 % au Canada ces dernières années. Toutefois, les accords internationaux ont réduit de 8,5 % leur accès au marché canadien au profit de produits étrangers comme le fromage.

Le président des producteurs laitiers Gaspésie, Normand Barriault, estime que c’est littéralement la part de croissance de l’industrie laitière canadienne qui a été cédée aux producteurs étrangers. Cette croissance nous aurait permis de prendre de l'expansion sans nécessairement être obligés de débourser des sommes supplémentaires pour avoir un revenu.

Les producteurs laitiers canadiens estiment leurs pertes à 450 millions de dollars.

Les producteurs attendent beaucoup du prochain budget fédéral la semaine prochaine. Ils veulent y retrouver l'argent promis par le gouvernement libéral pour les dédommager à la suite des accords commerciaux signés avec les Américains et les Européens.

D'après les informations de Pierre Cotton

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Agro-industrie