•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un concours d'abattage de loups soulève la controverse

Deux loups, un mâle et une femelle, côte à côte

L'abattage de loups pour conserver des hardes de caribous est une mesure qui a été critiquée en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Une coalition de groupes environnementaux et de conservation de la faune en Colombie-Britannique fait part de ses inquiétudes quant aux concours de chasse qui encouragent l'abattage du plus grand nombre de prédateurs possible, et croit que le gouvernement provincial doit intervenir.

Des chasseurs sont invités, en ligne, à prendre part à un concours pour tuer des prédateurs, comme des loups, des cougars ou des coyotes, pour marquer des points. Plus un chasseur tue d’animaux, plus il marque de points.

Une photo partagée sur les médias sociaux d'un concours de chasse. Les participants amassent trois points par loup ou cougar tué, deux points pour un coyote, et un pour un raton laveur. Ceux qui remportent le plus de points se partagent une partie des profits des inscriptions. L'affiche note aussi qu'il faut tuer les prédateurs pour aider à contrôler les populations de caribou en Colombie-Britannique.

Un exemple d'un concours de chasse de prédateurs, organisé par le club de chasse et pêche de la vallée Creston.

Photo : Creston Valley Rod & Gun Club/Facebook

Les affiches de promotion du concours notent que le contrôle du nombre de prédateurs permet de mieux protéger les populations de caribous.

Eric Boyum, de la compagnie touristique Ocean Adventure, dit avoir été surpris d'apprendre que ce type de concours puisse avoir lieu en Colombie-Britannique.

« Comment la province peut-elle prétendre vouloir profiter de la nature, en étant l’hôte de ce genre d’activités », se demande-t-il. Il remet également en question les preuves scientifiques en soutien au contrôle des populations de prédateurs.

Comme d'autres membres de groupes environnementaux, il a envoyé une lettre ouverte au ministère des Forêts, des Terres et des Ressources naturelles de la Colombie-Britannique pour demander que le gouvernement légifère contre ce genre de pratiques. « C’est peut-être légal, mais un concours pour tuer le plus d’animaux sauvages possible, ça ne devrait pas l’être », estime Eric Boyum.

Dans un courriel, le Ministère répond qu'il n'encourage pas ce genre d'activités. Le porte-parole note toutefois que, si les chasseurs ont les permis nécessaires, rien ne les empêche de s'adonner à cette pratique.

Il ajoute que la population de loups en Colombie-Britannique est considérée comme étant en bonne santé.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.