•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe ambulatoire dédiée aux personnes atteintes d'Alzheimer en Abitibi-Témiscamingue

Deux femmes et un homme posent devant une affiche du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue.

L'équipe Symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD) du CISSS-AT est active depuis novembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a mis sur pied une équipe formée de professionnelles qui seront dédiées spécifiquement aux personnes atteintes d'Alzheimer ou de tout autre trouble cognitif. Celle-ci se nomme l'équipe Symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD).

L'équipe est composée pour l'instant de deux personnes, soit une infirmière clinicienne et une psychoéducatrice, qui couvriront l'ensemble du territoire de la région. Elles sont en fonction pour ce projet depuis novembre dernier.

Leur champ d'intervention comprend la formation au personnel du CISSS-AT et leurs partenaires, ainsi que celle des aidants naturels. Elles seront aussi appelées à élaborer des plans d'intervention pour certains usagers.

Le coordonnateur de l'équipe SCPD, Éric Matte, a expliqué lors d'un point de presse que le CISSS-AT souhaite modifier son approche en priorisant des interventions à domicile plutôt qu'en institution. Ce qu'il faut comprendre, c'est que lorsque je souffre de la maladie d'Alzheimer, j'ai beaucoup de difficulté à concevoir ce qui se passe dans mon environnement, explique-t-il. Lorsque vous me prenez puis que vous me déplacez en institution, cette désorganisation est souvent accentuée.

Antérieurement, c'était l'unité de psychogériatrie du Centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) de Macamic qui était le principal point de chute des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Celui-ci a été fermé en raison de la sous-utilisation de lits, selon le CISSS-AT.

Confiant de pouvoir répondre à la demande

Questionné à savoir si le mandat n'est pas trop ambitieux pour être assumé uniquement par deux personnes, M. Matte s'est montré confiant. On met actuellement une très grande emphase sur la formation, mais quand cette formation sera acquise par nos équipes de base, ça sera juste un continuum et on va agir plus dans un rôle d'expert, répond-il.

Les équipes de base vont appliquer les principes en gestion du comportement qu'elles auront acquis au coeur de leur formation.

Éric Matte

Selon le CISSS-AT, plus de 2000 personnes souffrent actuellement d'un trouble cognitif dans la région. La tendance laisse présager que la situation ne fera que s'aggraver dans les prochaines années.

Cependant, selon M. Matte, ce ne sont que 10 % des cas qui nécessitent un plan d'intervention et donc, l'apport d'un expert-conseil.

Possible grâce à la fusion

Éric Matte estime que ce projet n'aurait pas été possible sans la fusion des établissements de santé dans la région. La fusion des établissements a engendré des bonnes choses et la mise sur pied de l'équipe ambulatoire SCPD en est une, tranche-t-il.

Selon lui, les plus petits établissements n'avaient pas toujours les moyens financiers de mettre sur pied ce type d'initiative. Ça nous a permis de dégager des intervenantes pour occuper à temps complet cette fonction de formatrice et d'expert-conseil, souligne-t-il. C'est une chose qui était parfois très difficile à réaliser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !