•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le petit jeu de chaises musicales de la 29e législature de l'Alberta

Un montage photo. À droite le bâtiment de l'Assemblée législative de l'Alberta. À gauche, il est inscrit «vote». L'image à trois couleurs: rouge, orange et bleu.
Quelle sera la prochaine couleur dominante à l'Assemblée législative de l'Alberta? Photo: Radio-Canada / Nafi Alibert
Nafi Alibert

Tous les quatre ans, les citoyens redistribuent les cartes du jeu politique en élisant leurs députés à l'Assemblée législative. En 2015, les Albertains ont totalement changé la donne en portant, pour la première fois, au pouvoir le Nouveau Parti démocratique (NPD) de Rachel Notley. Des élections inédites qui ont entraîné la disparition de partis historiques et la recomposition de nouvelles familles politiques.

Le coup d'envoi de la campagne électorale est donné. L'occasion de revenir sur les grands moments qui ont fait valser plus d'un député au cours des quatre dernières années.

Une pancarte jaune indiquant la direction d'un bureau de vote est posée sur un trottoir. On aperçoit les jambes d'un passant qui se dirige vers ce lieu.Aux dernières élections provinciales, 57,2% des Albertains se sont rendus aux urnes. C'est le taux de participation le plus élevé depuis 1993. Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La fin de la dynastie des progressistes-conservateurs

Une femme blonde est au centre de la photo. Elle tend sa main devant elle en saluant la foule qui l'entoure. Elle tente de ses frayer un passage entre ses partisans qui l'acclament et les journalistes qui la suivent.Rachel Notley triomphante le soir de l'élection alors qu'elle retrouve ses partisans à Edmonton. Photo : Reuters / Dan Riedlhuber

Le mardi 5 mai 2015, à la surprise générale, le NPD de Rachel Notley remporte les élections.

Une infographie avec des urnes représentant le nombre de voix obtenues par chaque parti aux élections de 2015 en Alberta:
NPD: 40,6% des voix
Wildrose: 24,2% des voix
Parti progressiste-conservateur: 27,8% des voix
Parti libéral de l’Alberta : 4,2% des voix
Parti Albertain: 2,2% des voix.

Source: Élections Alberta. Photo : Radio-Canada

Le NPD de l’Alberta forme un gouvernement majoritaire. Le 24 mai 2015, Rachel Notley devient officiellement la 17e  à occuper le poste de premier ministre de l’Alberta et la 2e femme à diriger la province, après Alison Redford.

Je pense que nous venons d'écrire une page d'histoire.

Rachel Notley, lors de son discours le 5 mai 2015

Ce scrutin met fin à un parcours de 44 ans du Parti progressiste-conservateur, mené en 2015 par Jim Prentice, tandis qu'un peu moins d'un quart des Albertains ont donné leur voix au Wildrose, de Brian Jean.

Le Wildrose devient la première force d’opposition. Battu à plate couture, le Parti progressiste-conservateur ne pèse plus qu’un cinquième du poids politique qu’il occupait en 2012.

En tant que chef du parti, j'accepte la responsabilité pour les résultats de ce soir.

Jim Prentice, le 5 mai 2015

De nombreuses figures politiques ont été emportées par la vague orange, comme Jim Prentice, qui décide de démissionner le soir même des élections, bien qu’il ait été réélu.

Déplacer la glissière vers la gauche pour comparer la composition de la Chambre après l'élection de 2015 et aujourd'hui, à la dissolution.

Un vent de fraîcheur

Cette nouvelle Assemblée est celle du renouvellement.

La Chambre a été renouvelée à 80 %. Ainsi, 9 députés sur 10 du caucus du NPD n'ont jamais siégé et font leur baptême à l’Assemblée législative.

Avec une moyenne d'âge qui tombe à 40 ans, cette dernière rajeunit de 13 ans. Des députés de moins de 30 ans prennent, pour la première fois depuis 2012, place dans la Chambre, comme Thomas Dang qui, à 20 ans, devient le plus jeune élu albertain de tous les temps.

Un photo montage de trois députés de moins de 30 ans au moment de leur élection.Thomas Dang, 20 ans, Jon Carson, 23 ans, et Trevor Home, 24 ans et étudiant à l’université Mc Ewan (leurs âges respectifs en 2015). Photo : Radio-Canada / Nafi Alibert

Si l'Assemblée se féminise un peu (29 élues en 2015 contre 22 en 2012), la parité est presque atteinte au sein du NPD avec 45 % de femmes parmi les élus.

« Je pense qu’aucun parti n’a fait élire autant de femmes dans toute l’histoire du Canada », s’est félicitée Rachel Notley le soir des résultats de l’élection de 2015.

Un parfum à saveur d'égalité des genres flotte aussi à l'Assemblée. Stéphanie McLean, Brandy Pane et Kathleen Ganley sont les trois premières députées à pouvoir prendre un congé parental. La Chambre s'ouvre aussi à la diversité avec l'élection de trois députés revendiquant ouvertement leur appartenance à la communauté LGBTQ.

Selon le député Michael Connolly, la présence de trois députés issus de la communauté LGBT+ aide à transformer la culture machiste qui régnait à l'Assemblée législative de l'Alberta avant 2015.Les députés Ricardo Miranda, Estefania Cortes-Vargas et Michael Connolly, trois élus fiers d'être membres de la communauté LGBTQ. Photo : Facebook / Estefania Cortes-Vargas

La fusion fait la force

Cette nouvelle Assemblée législative est aussi celle de la refonte de grands partis traditionnels.

Après sa débandade aux élections, la droite unit ses forces en juillet 2017. Le Wildrose et le Parti conservateur-progressiste ne font plus qu'un. Le Parti conservateur uni est né.

Jason Kenney au micro présente la nouvelle équipe dirigeante du Parti conservateur uni.Jason Nixon (à gauche) était le chef du Parti conservateur uni à la Chambre en attendant que le « vrai » chef du parti, Jason Kenney, soit élu député. Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Menés par Jason Kenney, qui fait son entrée à la Chambre en décembre 2017, tous les députés du Wildrose se rangent derrière la nouvelle formation.

Chez les progressistes-conservateurs, seul Richard Starke s'affiche toujours sous ses vieilles couleurs. Un député devient indépendant. Un autre rejoint les rangs du Parti albertain.

La droite renaît de ses cendres, mais elle a perdu d’autres pions depuis les élections de 2015.

  • En novembre de la même année, un député du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta, Manmeet Bhullar, meurt dans un accident de la route. Son successeur, Prab Gill, dans la circonscription de Calgary-Greenway siégera en tant qu’indépendant.
  • Se sentant intimidée et harcelée au sein de son parti, Sandra Jansen, la seule femme députée de feus les progressistes-conservateurs, fait le saut au NPD en décembre 2016.
  • Don McIntyre, entaché par un scandale de pédophilie, est contraint de démissionner de son poste en février 2018.
  • Brian Jean, l’ancien chef du Wildrose décide de quitter la politique après sa défaite contre Jason Kenney dans la course à la chefferie du PCU.
  • Derek Fildebrandt devient le chef et l'unique représentant du Parti conservateur libre, ce « nouveau parti ancré dans le conservatisme du 21 e siècle », qu’il fonde en juillet 2018.

Le NPD a, quant à lui, perdu trois de ses députés initiaux : Karen McPherson, qui a rejoint, elle aussi, le Parti albertain, Stéphanie McLean, qui a démissionné en 2018, et Robyn Luff, qui est devenue indépendante en cours de route.

De familles politiques recomposées en élections partielles, on se retrouve à la veille des élections avec la configuration suivante à l'Assemblée législative de l'Alberta.

Au total, 87 sièges sont remis en jeu pour une nouvelle partie de chaises musicales.

Alberta

Politique provinciale