•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement d'avion en Éthiopie : 17 des 18 victimes canadiennes identifiées

Le reportage de Philippe Leblanc
Radio-Canada

Six membres d'une famille de Brampton, en Ontario, font partie des 18 Canadiens qui ont perdu la vie dimanche dans l'écrasement du Boeing 737 d'Ethiopian Airlines à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Ashka Dixit, 14 ans, et Anushka Dixit, 13 ans, étaient en vacances en famille avec leurs parents, Kosha Vaidya, 37 ans, et Preit Dixit, 45 ans, ainsi que leurs grands-parents, Pannagesh Vaidya, 73 ans, et Hansini Vaidya, 67 ans.

Ce sont désormais 17 des 18 Canadiens disparus dans la catastrophe qui ont été identifiés.

L'identification des victimes du vol 302, qui s'est écrasé quelques minutes après son décollage, progresse lentement. Les 149 passagers et 8 membres d'équipage de l'appareil ont tous péri.

En Éthiopie, les enquêteurs ont retrouvé les deux boîtes noires de l'appareil.

Des défenseurs de l'environnement

Micah Messent, un environnementaliste de la Colombie-Britannique, a été identifié lundi matin comme faisant partie des victimes. Le jeune homme luttait pour la protection des océans et la défense des peuples indigènes et devait assister à une conférence des jeunes des Nations unies sur l'environnement.

Plus tôt, on apprenait la mort de Peter deMarsh, du Nouveau-Brunswick. Il était le président de l’Alliance internationale pour la foresterie familiale, un organisme qui représente des propriétaires forestiers du monde entier auprès de différents organismes internationaux, dont les Nations unies pour la protection et la mise en valeur des forêts. C'est la sœur de M. deMarsh qui a confirmé son décès à nos collègues de CBC.

La Fédération canadienne de la faune a de son côté annoncé jeudi qu’Angela Rehhorn, une participante à un de ses programmes, fait partie des 18 Canadiens morts dans l’accident. La jeune femme se rendait elle aussi à la conférence de l’ONU.

Parvati, une ONG environnementale, a également annoncé qu'un de ses employés, Darcy Belanger, fait partie des victimes.

Lundi soir, on a appris que Stéphanie Lacroix, une Franco-Ontarienne de 25 ans originaire de Timmins, faisait partie des victimes de cet écrasement d'avion. Mme Lacroix était coordonnatrice de projet pour les Nations unies. Elle accompagnait trois jeunes leaders à l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement, a indiqué Sylvie Lacroix, la mère de Stéphanie, dans un message à Radio-Canada.

Un professeur d'Université

Pius Adesanmi est assis sur une chaise dans un corridor d'université.Le professeur Pius Adesanmi, de l'Université Carleton, est mort dans l'écrasement du vol 302 d'Ethiopian Airlines. Photo : Facebook/Pius Adesanmi

Parmi les six autres victimes se trouve également Pius Adesanmi, un professeur de l'Université Carleton à Ottawa. Originaire du Nigeria, M. Adesanmi possédait la double nationalité nigériane et canadienne.

Il était professeur au Département d'anglais, en plus d'être directeur de l'Institut d'études africaines de l'Université Carleton.

Le président et vice-chancelier de l'Université, Benoit-Antoine Bacon, a décrit son ex-collègue comme « une figure marquante de l'érudition africaine et postcoloniale ». « Sa perte soudaine est une tragédie », a-t-il déploré.

Des centaines de personnes lui ont rendu hommage en laissant un commentaire sous sa dernière publication Facebook.

Une mère et sa fille

Montage photo de la femme et de sa fillette.Amina Ibrahim Odowa, 33 ans, et sa fille Sofia Faisal Egal Abdulkadir, 5 ans, font partie des victimes. Photo : Courtoisie de Mohamed Ali

Une femme d'Edmonton et sa fille de 5 ans sont aussi mortes dans l’écrasement. Il s’agit d’Amina Ibrahim Odowa, 33 ans, et de la petite Sofia Faisal Egal Abdulkadir. Citoyennes canadiennes, elles étaient d'origine somalienne. Elles avaient quitté Toronto la veille.

« J'ai vu Amina et Sofia le jour de leur départ de Toronto. Rien ne peut nous préparer à voir des gens un jour, et à apprendre qu'ils sont disparus le lendemain », a déclaré le frère de Mme Ibrahim Odowa, Mohamed Ali.

M. Ali décrit sa nièce comme une enfant fonceuse, adorée de tous les membres de sa famille.

C'était l'enfant préférée de tout le monde. Elle était drôle et avait une forte personnalité : elle voulait toujours que les choses soient faites à sa manière.

Mohamed Ali, au sujet de sa nièce Sofia

La mort d'Amina Ibrahim Odowa laisse deux autres fillettes, âgées de 3 et de 7 ans, orphelines de mère. Celles-ci demeurent à Edmonton avec leur grand-mère.

La communauté kenyane de Calgary en deuil

Le comptable Derick Lwugi Le comptable calgarien Derick Lwugi fait partie des victimes. Photo : Facebook

Décrit par ses proches comme un pilier de la communauté kenyane de Calgary, Derrick Lwugi fait aussi partie des victimes de l'écrasement. L'homme de 53 ans était comptable.

Fondateur du groupe Kenyan Community in Calgary, il a été pasteur adjoint bénévole et a siégé au conseil d'administration de l'Abeingo Association Canada, une association sans but lucratif.

M. Lwugi était marié et père de trois enfants.

Deux Ontariennes parmi les victimes

Photo de Danielle Moore, une des victimes canadiennes de l'écrasement d'avion en Éthiopie.Photo de Danielle Moore, une des victimes canadiennes de l'écrasement d'avion en Éthiopie. Photo : Facebook / Danielle Moore

Les membres de la famille de la Torontoise Danielle Moore, 24 ans, ont annoncé qu'elle était également à bord de l'avion. Elle vivait et travaillait à Winnipeg.

Elle devait participer à une conférence de l'ONU sur l'environnement à Nairobi.

Une autre Ontarienne, Jessica Hyba, qui travaillait pour le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, a aussi perdu la vie lors de l'écrasement.

« Terribles nouvelles »

Le premier ministre Justin Trudeau a évoqué des « nouvelles terribles » en provenance d'Addis-Abeba. « Nos pensées vont aux victimes du vol ET302, y compris les Canadiens qui étaient à bord et ceux qui ont perdu un être cher », a-t-il écrit sur Twitter.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a également parlé d'une « terrible » nouvelle.

Mes sincères condoléances à tous ceux qui ont perdu des êtres chers. Le gouvernement canadien est en contact étroit avec les autorités éthiopiennes pour recueillir des informations supplémentaires le plus vite possible.

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères

La ministre a par ailleurs annoncé que des agents consulaires avaient été envoyés « immédiatement » à l’aéroport d’Addis-Abeba afin de « vérifier les faits » et de pouvoir soutenir les familles canadiennes le plus efficacement possible.

De son côté, le chef conservateur s'est dit « désolé » d'apprendre la nouvelle de cet écrasement. « Au nom des conservateurs du Canada et de ma famille, toutes mes condoléances aux proches des disparus, en particulier les familles des Canadiens tués. Que leur souvenir soit une bénédiction. »

Une délégation forte de sept députés et sénateurs et de membres de la fonction publique fédérale a atterri dimanche matin à Addis-Abeba, dans le cadre d'une mission bilatérale de l'Association parlementaire Canada-Afrique. Tous sont sains et saufs, a fait savoir le coprésident du groupe, le député Robert Oliphant.

Écrasement d'avion

International