•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découverte des deux boîtes noires du Boeing 737 MAX qui s'est écrasé en Éthiopie

Des membres de la police fédérale éthiopienne s'activent sur les lieux de l'écrasement, près de la ville de Bishoftu.
Des membres de la police fédérale éthiopienne s'activent sur les lieux de l'écrasement, près de la ville de Bishoftu. Photo: Reuters / Tiksa Negeri
Agence France-Presse

Les enquêteurs ont retrouvé les enregistreurs des conversations qui se sont déroulées à bord du cockpit et des données de vol du Boeing 737 MAX 8 flambant neuf d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé dimanche à l'est d'Addis-Abeba. Le gouvernement a déclaré un jour de deuil national pour honorer la mémoire des 157 victimes, parmi lesquelles figurent 18 Canadiens.

Sur le lieu de l’écrasement, dans un champ situé en dehors du village de Tulu Fara, à quelque 60 kilomètres à l'est de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, des excavatrices étaient à pied d'œuvre lundi matin, extirpant du sol des morceaux de l'appareil sous le regard de badauds maintenus à distance par un cordon de sécurité.

Le Boeing s'est désintégré en heurtant le sol. En s'écrasant, il a creusé un impressionnant cratère, labourant la terre sur des dizaines de mètres de longueur.

Les enquêteurs de l'Agence éthiopienne de l'aviation civile, actifs sur le lieu de l'accident depuis dimanche après-midi pour récolter le maximum d'indices, devraient être prochainement rejoints par une équipe technique de Boeing. Le PDG d'Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, a indiqué que l'enquête serait menée conjointement avec des enquêteurs américains.

Hommage à Nairobi

À Nairobi, lieu de destination du Boeing, l’accident était dans toutes les têtes lundi matin à l'ouverture de la conférence annuelle du Programme des Nations unies pour l'environnement, qui a son siège mondial dans la capitale kényane. Une minute de silence a été observée à l'ouverture de chaque réunion.

Selon Maimunah Sharif, directrice générale du Programme des Nations unies pour les établissements humains, 22 employés de l'ONU ont péri dans l'écrasement. « Souvenons-nous que nos collègues étaient volontaires pour voyager et travailler loin de leur foyer [...] afin de faire de ce monde un meilleur endroit », a-t-elle déclaré lors d'une réunion en prélude à l'ouverture officielle.

Fiabilité mise en doute

Cet accident est un nouveau coup dur pour Boeing, dont le même modèle s'était écrasé lui aussi quelques minutes après le décollage, le 29 octobre au large de l'Indonésie, faisant 189 morts. Une des boîtes noires de l'appareil appartenant à la compagnie indonésienne Lion Air avait signalé des problèmes d'indicateur de vitesse. Le MAX 8 est la version la plus récente du Boeing 737, l'avion de ligne le plus vendu au monde.

À la suite de cet accident, Ethiopian Airlines a annoncé lundi qu'elle avait immobilisé ses six autres Boeing 737 MAX 8 « jusqu'à nouvel ordre ». Réputée sérieuse, la compagnie, détenue à 100 % par l'État éthiopien a connu une très forte expansion ces dernières années. Sa flotte compte plus de 100 appareils, ce qui en fait la plus importante en Afrique.

L’Administration de l'aviation civile chinoise a ordonné à toutes les compagnies aériennes du pays de suspendre les vols des Boeing 737-8 MAX pour une période de neuf heures. Les autorités chinoises misent ainsi sur la sécurité à la suite des écrasements de deux appareils de ce modèle.

L’Indonésie a fait de même et ordonné la tenue d’inspections des nouveaux modèles de Boeing 737.

Accidents et catastrophes

International