•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation pour un Tibet libre à Toronto

Une foule de manifestants arborant des drapeaux tibétains.
Les centaines de manifestants ont observé un moment de silence à la mémoire des activistes qui ont perdu la vie dans leur lutte contre le gouvernement chinois. Photo: Radio-Canada / James Morrison
Radio-Canada

La diaspora tibétaine de Toronto a manifesté dimanche dans les rues de la métropole pour dénoncer l'occupation chinoise. Quelques centaines de personnes se sont réunies pour marquer les 60 ans de l'insurrection tibétaine. Malgré les années, les tensions entre Pékin et les Tibétains demeurent vives.

Les participants à la manifestation ont d'abord marché sur plusieurs kilomètres avant d'occuper la place Yonge-Dundas pour des discours et des prières.

Ils transportaient avec eux 130 cercueils enveloppés du drapeau tibétain pour rendre hommage aux activistes qui se sont immolés par le feu en opposition au gouvernement chinois, dans les dernières années.

Des manifestants occupent une rue du centre-ville de Toronto. Les manifestants ont formé un important cortège et transportaient avec eux des cercueils symbolisant des vies humaines perdues en raison de la résistance tibétaine. Photo : Radio-Canada / James Morisson
Un enfant qui tient un drapeau du Tibet.Des Canadiens de tous âges ont pris part à la manifestation, qui a perturbé la circulation au centre-ville de Toronto pendant quelques heures. Photo : Radio-Canada / Maggie Macintosh

Les Canadiens d'origine tibétaine revendiquent la liberté d'expression et de religion pour tous les habitants de la région autonome du Tibet. De son côté, le gouvernement chinois veut avoir un contrôle absolu sur le territoire, selon le professeur à l'École d'études sociologiques et anthropologiques de l'Université d'Ottawa, Scott Simon.

Depuis les Jeux olympiques en Chine, mais aussi avec la montée (du président : NDLR) Xi Jinping, il a de plus en plus de tensions au Tibet avec une répression plus aiguë de la langue et la religion, explique M. Simon.

Les organisateurs de l'événement n'ont pas choisi la date du 10 mars par hasard. Il y a exactement 60 ans s'amorçait le soulèvement populaire au Tibet. La réponse de l'armée chinoise a ensuite forcé l'exil du Dalaï-Lama, qui vit depuis en Inde.

Le professeur Scott Simon.Le professeur Scott Simon considère que l'attitude répressive de la Chine à l'égard des Tibétains s'est intensifiée dans les dernières années. Photo : Radio-Canada

Nous soulignons aujourd'hui 60 ans d'occupation et de colonisation de notre territoire, mais aussi 60 ans de résistance, explique Sonam Chokey, du regroupement Students for a Free Tibet Canada. La jeune femme n'a jamais habité au Tibet, mais elle dit avoir hérité de la cause.

On dit souvent parmi les Tibétains que si vous êtes né après 1959, vous êtes né activiste.

Sonam Chokey, Students for a Free Tibet Canada

Pour elle, l'organisation de manifestations et de fêtes traditionnelles permet aux Canadiens d'origine tibétaine de rester solidaires envers les millions de Tibétains et de préserver leur culture.

Malgré les années qui passent depuis le soulèvement populaire, les relations demeurent tendues entre Pékin et les Tibétains et la sortie de crise est encore bien loin, selon Scott Simon.

[Le gouvernement] fait beaucoup de promesse, ils ont promis plein d'autonomie pour les Tibétains, ils ont brisé ces promesses, explique le professeur

La position chinoise

Le gouvernement chinois s'oppose fermement aux activités séparatistes de la part d'activistes qui travaillent à l'indépendance du Tibet, nous rappelait récemment un communiqué envoyé par le Consulat général de Chine à Toronto.

Pékin s'oppose aussi à tout pays ou organisation qui déciderait de fournir un soutien quelconque à des groupes séparatistes tibétains.

Le Canada compte 8040 résidents d'origine tibétaine, d'après le dernier recensement de Statistique Canada.

Politique internationale

Société