•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois Albertains parmi les victimes de l’écrasement d’avion en Éthiopie

Montage photo de la femme et de sa fillette.

Amina Ibrahim Odowaa, 33 ans, et sa fille Sofiya Abdulkadir, 5 ans, font partie des victimes.

Photo : Courtoisie de Mohamed Ali

Radio-Canada

Amina Ibrahim Odowaa et sa fille de cinq ans, Sofiya Abdulkadir, qui résidaient à Edmonton, et le comptable Derrick Lwugi, résident de Calgary, sont au nombre des 18 Canadiens morts dans l'écrasement d'un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines, dimanche matin, près de la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Derrick Lwugi était un comptable de 53 ans travaillant pour la ville de Calgary.

Il était également très actif au sein de la communauté kényane de Calgary et agissait, bénévolement, comme pasteur adjoint.

Le comptable Derick Lwugi

Le comptable calgarien Derick Lwugi fait partie des victimes.

Photo :  Facebook

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a fait part de sa tristesse.

« Absolument dévasté d'apprendre que l'un de mes collègues à la Ville de Calgary [où la victime était comptable], le formidable leader communautaire Derrick Lwugi, figure parmi ceux qui sont morts dans l'écrasement d'avion de ce matin en Éthiopie », indique le maire de la Ville.

Naheed Nenshi conclut son message, envoyé par Twitter, en indiquant soutenir la famille, les amis, les collègues et tous ceux qui ont été marqués par la vie dévouée de Derrick Lwugi.

Sa famille bouleversée

Derrick Lwugi laisse dans le deuil sa femme et trois enfants.

« Je ne m'attendais tellement pas à ça, une vie peut se terminer si rapidement », affirme sa femme Gladys Kivia qui est intervenante dans un centre pour femmes victimes de violence conjugale à Calgary.

Lorsqu'elle a appris qu'un écrasement s'était produit, paniquée, elle a réveillé son aîné, Prince Kivia, âgé de 19 ans. Malgré tout, Prince Kivia gardait espoir. « J'espérais qu'il ait manqué son vol, il était souvent en retard » , a-t-il raconté.

Entouré de membres de la communauté kényane de Calgary venus soutenir la famille, le fils affirme qu'il n'oubliera jamais son père. « Il était mon héros, l'homme le plus fort et courageux que j'ai jamais rencontré ».

Le fils et la femme de Derrick Luwgi, Gladys et Prince Kivia, se tiennent la main.

Le fils et la femme de Derrick Luwgi, Gladys et Prince Kivia, se soutiennent dans cette terrible épreuve.

Photo : Radio-Canada / Terri Trembath

L'écrasement fait deux orphelines à Edmonton

La mort d'Amina Ibrahim Odowa et de Sofiya Abdulkadir laisse deux fillettes de 3 et 7ans orphelines de leur mère et d'une soeur.

Mohamed Ali, le frère et l'oncle des deux victimes, a appris la nouvelle de l'écrasement au milieu de la nuit dernière. Un proche vivant au Kenya l'avait contacté à Toronto pour l'avertir qu'un avion avait eu un accident peu après son décollage.

Montage photo de la femme et de sa fillette.

Amina Ibrahim Odowaa, 33 ans, et sa fille Sofiya Abdulkadir, 5 ans, font partie des victimes.

Photo : Courtoisie de Mohamed Ali

Il s'est empressé de contacter Ethiopia Airlines pour savoir si Amina et Sofiya étaient à bord de l'appareil.

« Ce fut un choc », raconte l'homme.

La veille, la mère et la fille avaient quitté Toronto à bord d'un vol direct en direction d'Addis Abeba.

J'ai vu Amina et Sofiya le jour de leur départ de Toronto. Rien ne peut nous préparer à voir des gens un jour, et apprendre qu'ils sont disparus le lendemain.

Mohamed Ali, frère d'Amina Ibrahim Odowaa et oncle de Sofiya Abdulkadir

L'avion en provenance de la Ville-Reine devait atterrir à 7 h en Éthiopie. La correspondance vers Nairobi, où la mère et la fille devaient rejoindre de la famille, devait partir à 8h15.

Selon Mohamed Ali, il n'est pas rare que des passagers ratent leur liaison vers le Kenya en raison de la courte escale qui sépare l'arrivée et le décollage

Il croit qu'Ethiopia Airlines aurait retardé le départ du vol ET302 pour accommoder les passagers en provenance de Toronto.

« L'avion est parti à 8h28. Avec les centaines de passagers qui arrivaient, les bagages à transférer, la durée du débarquement... C'était impossible que tout le monde puisse attraper leur correspondance. »

Le frère et l'oncle de deux victimes, Mohamed Ali, en entrevue avec CBC.

Mohamed Ali est sous le choc après avoir appris la mort de sa sœur et sa nièce.

Photo : Radio-Canada

Mohamed Ali décrit sa nièce comme une enfant fonceuse, adorée de tous les membres de sa famille.

« C'était l'enfant préféré de tout le monde. Elle était drôle et avait une forte personnalité : elle voulait toujours que les choses soient faites à sa manière », se souvient-il.

Quant à Amina, elle était la plus jeune fille de leur mère.

« Elle prenait soin de notre mère et elle habitait avec elle, se rappelle le frère de la victime. Elle était incroyable et avait énormément d'amies. »

Mohamed Ali sait qu'il veut rapatrier les dépouilles au Canada, afin que le deuil puisse commencer pour la famille.

En attendant, il admet ignorer à quoi ressemblera la suite, maintenant que deux enfants ont perdu leur mère.

« Tout est dans le noir », conclut Mohamed Ali.

Sur Twitter, la première ministre albertaine, Rachel Notley, a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

L'appareil à destination de Nairobi, au Kenya, transportait 149 passagers et 8 membres d'équipage.

S'y trouvaient des passagers de 35 nationalités différentes, dont des Britanniques, des Français, des Américains, des Italiens, des Chinois, des Kényans et des Éthiopiens.

L'avion, un appareil neuf qui venait tout juste d'être livré à la compagnie en novembre, s'est écrasé près de Bishoftu, à 62 km au sud-est de la capitale Addis-Abeba.

Alberta

Écrasement d'avion