•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mélanie Joly lance un vaste chantier pour moderniser la Loi sur les langues officielles

Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie
Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie Photo: La Presse canadienne / Adrian Wyld
Radio-Canada

La ministre Mélanie Joly lance un vaste chantier afin de consulter les Canadiens sur une modernisation de la Loi sur les langues officielles. Mme Joly veut la renforcer afin d'assurer la pérennité des francophones hors Québec et des anglophones de la Belle Province.

La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie en a fait l'annonce à l’Université d’Ottawa, « la plus grande institution bilingue français-anglais du monde », selon le recteur de l’établissement Jacques Frémont.

« C’est au fédéral de jouer son rôle de protéger les minorités linguistiques », a déclaré Mme Joly.

« Vous êtes beaux, vous êtes bons et vous êtes fiers, a déclaré la ministre Joly à son auditoire surtout composé d’étudiants et de professeurs de l’Université.

Le fait de vivre dans la langue de la minorité chaque jour, ça prend du courage et de la résilience.

Mélanie Joly

« Les anglophones du Québec ont également eu à se battre pour faire reconnaître leurs droits », a affirmé la ministre Joly. « Leurs droits, le gouvernement de leur propre commission scolaire et leurs institutions scolaires ne peuvent être pris pour acquis. »

Les anglophones du Québec, dont plusieurs en région, font face à des défis particuliers en ce qui concerne l’accès aux services et l’employabilité.

Mélanie Joly

« C’est pour cette raison que le premier ministre m’a demandé de procéder à une modernisation de la Loi sur les langues officielles, pour la moderniser, certes, mais surtout pour la renforcer, a-t-elle poursuivi. »

« Pour moi, au départ, les langues officielles étaient un dossier, a-t-elle précisé. C’est devenu une mission. »

Une tournée canadienne

« Au cours des prochains mois, nous parcourrons le pays pour donner la parole aux Canadiens », explique Mme Joly.

Des forums, des tables rondes et des symposiums seront ainsi organisés partout au Canada au cours des prochains mois, « afin de discuter ensemble des grands enjeux susceptibles d’influencer la portée des langues officielles et identifier les moyens d’assurer la pérennité des communautés ».

Les consultations aborderont les cinq thèmes suivants :

  • La mobilisation, le développement et l’épanouissement des communautés linguistiques en situation minoritaire;
  • Des institutions fédérales qui incarnent la loi fédérale sur les langues officielles;
  • La promotion de la culture et du bilinguisme;
  • Les langues officielles et la place du Canada dans le monde ;
  • Les langues officielles et le Canada à l’ère du numérique.

La Loi sur les langues officielles date de 1969 et émane de la commission Laurendeau-Dunton. Elle a été complètement revue en 1988 par le gouvernement Mulroney. Lucien Bouchard est l’un des artisans de cette première refonte.

Alors qu'André Laurendeau prônait le concept de biculturalisme, avec l’hypothèse d’accorder des statuts spéciaux au Québec, sa mort prématurée en 1968 a vite eu raison de l'idée. Le premier ministre Pierre Elliot Trudeau a fait adopter la loi en 1969; elle assure une fonction publique fédérale bilingue, mais rejette l’idée du biculturalisme au profit du multiculturalisme.

L’évolution de la société pousse aujourd’hui les libéraux de Justin Trudeau à souhaiter une nouvelle refonte.

« Le nombre de francophones augmente moins vite que la population canadienne dans son ensemble, le taux de bilinguisme stagne chez la majorité anglophone hors Québec et les nouvelles technologies ont bouleversé les modes de communication et l’environnement de travail au sein des institutions fédérales », énumère la ministre Joly.

Plus de mordant réclamé

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) a déjà lancé, en février, une campagne d'information pour appuyer la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

La FCFA souhaite notamment que la loi soit plus sévère. Son vice-président expliquait, lors du lancement de sa campagne, que la dualité linguistique doit devenir l’affaire de tous les Canadiens. Il disait aussi rêver d’un avenir où les Canadiens peuvent fièrement dire qu’au Canada il y a deux langues officielles respectées tous les jours et respectées dans tous les secteurs.

« La loi doit être modernisée pour refléter les besoins des enjeux de la francophonie canadienne d’aujourd’hui », avait-il aussi ajouté.

Politique fédérale

Politique