•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin : un tweet de Sheila Copps jugé raciste

Une femme portant un manteau et un foulard rouge hausse les épaules derrière un micro lors d'une conférence de presse.

L'ancienne ministre libérale fédérale Sheila Copps lors d'un point de presse en 2012

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs députés fédéraux et personnalités autochtones ont vivement critiqué sur Twitter un message de l'ancienne ministre libérale du Patrimoine Sheila Copps dans lequel elle soutenait que Jody Wilson-Raybould aurait demandé un avis juridique dans l'affaire SNC-Lavalin si les travailleurs affectés étaient autochtones.

Dans un échange acrimonieux en anglais sur Twitter entre Alicia Elliott, membre de la confédération de Premières Nations Haudenosaunee, et Mme Copps, cette dernière a affirmé que l’ex-ministre fédérale de la Justice Jody Wilson-Raybould « aurait cherché des solutions légales si 9000 emplois autochtones avaient été en jeu » dans le dossier SNC-Lavalin.

« Elle aurait été ouverte aux commentaires », a ajouté Mme Copps.

Cette déclaration a été repartagée par le député néo-démocrate Romeo Saganash qui l’a qualifiée de « la plus idiote lue depuis des années ».

La militante pour les droits des enfants autochtones Cindy Blackstock a également dénoncé les propos de Mme Copps sur Twitter.

« Chère Sheila Copps, ce commentaire est une honte pour vous, pour votre parti et pour tous les Canadiens raisonnables », a-t-elle répondu.

Une femme assise devant un micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon Jody Wilson-Raybould, les bureaux du premier ministre du Canada, du ministre des Finances et du greffier du Conseil privé ont tenté de s'ingérer dans le dossier de SNC-Lavalin.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La militante mohawk Ellen Gabriel a aussi interpellé Mme Copps sur le média social.

« Sheila Copps, contribuer à la rhétorique raciste n’aide pas, a-t-elle écrit. Se concentrer sur l’enjeu plutôt que sur la race serait plus intelligent, mais votre message met en évidence que la loi ne s’applique qu’à une élite. »

Le député conservateur Gérard Deltel s’est même demandé, toujours sur Twitter, si le compte de Mme Copps avait été piraté.

L’ancienne ministre Jody Wilson-Raybould, Autochtone de la nation We Wai Kai sur la côte ouest canadienne et plongée au cœur du scandale SNC-Lavalin, avait précédemment été dépeinte dans une caricature également jugée raciste.

Mme Wilson-Raybould a démissionné de son poste au cabinet de Justin Trudeau, mais demeure membre du Parti libéral du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !