•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roméo Phillion ou l'histoire de la plus longue erreur judiciaire au Canada

Une photo d'archives de Roméo Phillion.

Roméo Phillion a passé 32 ans de sa vie en prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis.

Photo : Radio-Canada / Archives

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le 5 mars 2019 marquait les 10 ans de la libération de l'homme qui a reçu la plus longue peine de l'histoire du Canada pour un crime qu'il n'a pas commis. Dans les années 70, le Franco-Ontarien Roméo Phillion a été condamné à 32 ans de prison pour le meurtre de Léopold Roy. C'est une enveloppe remise anonymement qui changera sa vie.

Léopold Roy, un pompier d'Ottawa, est retrouvé mort dans son immeuble le 9 août 1967. Il a été poignardé. La police n'a qu'un témoin pour amorcer son enquête.

À l'aide du témoignage de celui-ci, elle réalise le portrait-robot du suspect. Une dizaine de personnes, dont Roméo Phillion, sont interrogées et doivent défiler devant le témoin, sans que celui-ci ne reconnaisse le meurtrier.

Qui était Roméo Phillion?

  • Né dans une famille pauvre et nombreuse du Nord de l'Ontario. Son père, violent et alcoolique, l'envoie à l'école St-Joseph, à Alfred.
  • Pendant cinq ans, il y sera battu et victime d'abus sexuels. Il en a gardé de lourdes séquelles psychologiques.
  • Il avait un casier judiciaire pour des délits mineurs.
  • Francophone dans un milieu anglophone.
  • Homosexuel, alors que c'est toujours considéré comme illégal, ce qui le rend suspect aux yeux de plusieurs.

M. Phillion, connu des policiers pour quelques vols mineurs, n'est cependant pas inquiet.  Je ne suis pas un ange, mais je ne suis pas un tueur non plus, indique-t-il à l'époque.

Il a un alibi qui le place à plus de 200 km de la scène de crime, deux heures avant le meurtre. Il se trouvait à près de 3 h d'Ottawa, dans un garage de Trenton en Ontario, où sa voiture était tombée en panne.

En 1972, soit cinq ans après le meurtre, Roméo Phillion est arrêté par les policiers pour vol à main armée. Pendant l'interrogatoire, ceux-ci reviennent sur le meurtre de M. Roy.

Après de longues heures, M. Phillion passe aux aveux en échange de la libération d'un ami, mais se rétractera à plusieurs reprises. Il subit un procès pour meurtre où l'on ne fera jamais allusion à son alibi. Il sera condamné à purger une peine à vie au pénitencier de Bath, en Ontario.

Les années passent derrière les barreaux et le prisonnier refuse de faire une demande de libération conditionnelle. La libération conditionnelle c'est pour les coupables [ce n'est] pas pour les innocents, explique-t-il.

Des étudiants à la rescousse

En 1999, alors que 27 ans sont déjà passés, une enveloppe lui est remise de façon anonyme en prison. À l'intérieur se trouve le rapport du détective qui avait enquêté à l'époque et qui valide son alibi.

Dès lors, des étudiants en droit de l'Université de York tentent de prouver son innocence, notamment en calculant le temps qu'il lui aurait fallu pour se rendre à la victime.

Pendant cinq ans, les étudiants torontois décortiquent le cas gratuitement dans le cadre de l'Innocence Project. Conclusion : il est impossible que M. Phillion ait fait l'aller-retour pour tuer Léopold Roy.

Une photo d'archive de Roméo Phillion. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roméo Phillion s'est éteint le 2 novembre 2015 à l'âge de 76 ans, avant même d'obtenir justice.

Photo : Radio-Canada / Archives

Devant ce fait, le ministre de la Justice du Canada de l'époque, Vic Toews, demande à la Cour d'appel de l'Ontario de revoir la cause le 2 août 2006. Un expert britannique soutient que l'aveu de Roméo Phillion était complètement faux.

M. Phillion a finalement gain de cause le 5 mars 2009 quand la Cour d'appel annule le verdict de culpabilité et exige un nouveau procès. Il retrouve sa liberté.

En 2013, il intente une poursuite de 14 millions de dollars contre la police d'Ottawa et la Couronne, mais meurt le 2 novembre 2015 d'une longue maladie. Il ne connaîtra jamais la fin de cette histoire.

Avec les informations de Daniel Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !