•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un avion d'Air Transat atterrit d'urgence au New Jersey

L'avion en route vers la Floride a dû effectuer un atterrissage d'urgence au New Jersey.

Photo : Matt Lino

Radio-Canada

De la fumée dans la soute à bagages d'un avion d'Air Transat a provoqué son atterrissage d'urgence à l'aéroport de Newark, dans la région de New York, samedi matin.

L'incident est survenu vers 8 h 30. L'avion, un Boeing 737-800 portant le numéro de vol TS942, se rendait à Fort Lauderdale, en Floride.

« La sécurité de nos 189 passagers est notre plus grande priorité, et ils ont été évacués rapidement après l’atterrissage », a affirmé par courriel Debbie Cabana, directrice des relations publiques d'Air Transat.

Deux personnes ont été légèrement blessées dans l'incident. Steve Coleman, porte-parole de l'Autorité portuaire de New York et du New Jersey, a précisé qu’une personne a eu une crise de panique et l'autre s'est blessée lors de l'opération d'évacuation.

Un des blessés a été transporté dans un hôpital de la ville d’Elizabeth, située près de l’aéroport Newark Liberty, et l'autre a refusé le traitement médical, a-t-il ajouté.

Les pompiers ont encerclé l’appareil après qu’il se fut posé au sol, puis les passagers sont sortis sur des glissières d’évacuation, a indiqué la Direction générale de l’aviation civile (FAA).

Un autobus a été dépêché sur place pour les conduire en sécurité dans l'aérogare.

Le processus d'évacuation

Jointe au téléphone par La Presse canadienne, la passagère québécoise Julie Chauvin a expliqué le déroulement de l’opération d’évacuation et la suite des choses.

« On a sauté sur les coussins, on a tous eu peur, mais quand même, on est bien traités. On nous a offert de la nourriture, on est bien traités », a-t-elle souligné.

La femme originaire de Beloeil a raconté que les agents de bord ont donné la directive aux passagers de se pencher vers l'avant et de garder la tête baissée avant l'atterrissage.

« Ça ne sentait pas la fumée, à ce moment, on ne savait pas du tout ce qui se passait », a-t-elle expliqué, la voie saisie par l'émotion.

Un porte-parole du Port Authority of New York and New Jersey a affirmé qu'il n'y avait aucune trace d'un incendie. Une enquête est en cours pour déterminer la provenance de la fumée.

L'aéroport de Newark a rouvert ses pistes à la circulation aérienne après les avoir fermées en prévision de cet atterrissage d’urgence.

« Un autre appareil sera envoyé sous peu à Newark pour effectuer la reprise du vol vers Fort Lauderdale », a indiqué Debbie Cabana.

Julie Chauvin ignorait en début d'après-midi si elle, et le groupe de touristes qui l'accompagne, pourront arriver à temps pour prendre part à leur croisière.

Avec Reuters et La Presse canadienne

Faits divers

International