•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-François Lisée : 50 leçons et une profonde amertume envers Québec solidaire

Le Parti québécois est le dernier parti à présenter son cadre financier.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Sébastien Bovet

Cinq mois après les élections au Québec, l'ancien chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, publie un livre au titre accrocheur : Qui veut la peau du Parti québécois? Il énumère une série de leçons à tirer de la débandade électorale de son parti, dénonce Québec solidaire (QS) et porte un regard critique sur les médias.

« Je suis bien l’homme qui a conduit le grand parti de René Lévesque à la plus grave défaite de son histoire. » Jean-François Lisée lance cette phrase dès les premières pages de son ouvrage, comme s’il voulait nous dire qu’il prend la responsabilité de son échec électoral.

Le lecteur qui cherche des excuses ou un mea culpa restera par contre sur sa faim. L’ancien chef du PQ dresse plutôt une liste d’une cinquantaine de « leçons de politique appliquée » – certaines de son cru, certaines empruntées à d’autres – en espérant probablement que son parti évite les erreurs qu’il a commises.

En voici quelques exemples :

  • Leçon de politique appliquée # 5 : « Apparaissez là où votre adversaire ne vous attend pas. » – Sun Tzu, L’art de la guerre;
  • Leçon de politique appliquée # 7 : « Une fois que l’électorat a identifié son instrument de changement, il ne le lâche pas aisément. » – Jean-François Lisée;
  • Leçon de politique appliquée # 30 : « Une campagne électorale est un décapant. Après 30 jours sous les projecteurs, tout le vernis est parti. On vous voit tel que vous êtes. » – Lucien Bouchard.

Mais il défend avec vigueur sa stratégie de s’attaquer à Manon Massé dans le dernier débat télévisé de la campagne électorale, un épisode qui avait soulevé la controverse.

Québec solidaire : une profonde amertume

Jean-François Lisée reste convaincu qu’il devait interpeller Manon Massé sur la façon dont Québec solidaire prend des décisions. Il estime aujourd’hui encore que son attaque a freiné l’élan de QS et permis au Parti québécois de faire élire 10 députés.

Le livre lève le voile sur la genèse de cette offensive. Elle prend sa source dans l’échec de la tentative de rapprochement avec le parti de gauche, plusieurs mois avant les élections.

Le chef du PQ était persuadé d’avoir une entente pour encadrer des pourparlers sur une éventuelle convergence des forces souverainistes. Il s’est senti trahi par le refus des solidaires d’entamer le processus. Il montre particulièrement du doigt le Comité de coordination, qu’il qualifie de « Politburo ».

[...] À l’heure où des Québécois, surtout parmi les jeunes adultes, sont attirés par les co-porte-parole que QS a choisis pour s’embellir face à l’opinion et à l’heure où de nombreux militants de QS croient sincèrement à leurs discours de générosité et d’ouverture, pardonnez-moi de juger essentiel de révéler le côté obscur d’une formation dont la direction a sciemment saboté ce qui aurait dû être une étape fondatrice sur le chemin de notre indépendance.

Jean-François Lisée

Selon l’ex-chef, cet échec a considérablement nui à l’image du Parti québécois (trop faible pour gagner seul, incapable de rassembler), en plus de renforcer celle de Québec solidaire (assez crédible pour être courtisé).

Il envoie d’ailleurs un message sans équivoque à ceux qui assurent la permanence au PQ : « La pire chose à faire au PQ d’ici 2022 est de proposer un nouveau dialogue. Ce serait se jeter dans le piège de l’échec. QS ne s’en cache plus, il veut remplacer le PQ et occuper tout le champ progressiste, quitte à vampiriser à son tour l’histoire, les thèmes, les symboles du Parti québécois. Et on a vu Manon Massé, en 2018, tenter de tirer la “couverte” de René Lévesque de son côté. »

Poison, tango et… spermatozoïdes

Jean-François Lisée reproche aux médias d’avoir, d’une certaine façon, nui à l’image du PQ en le présentant trop souvent comme un parti à l’agonie. Il résume son constat en parlant « d’un puissant poison qui nous coupe les ailes ».

« Le narratif compulsif du déclin et de la mort du Parti québécois est un des plus puissants qui soient », écrit-il.

Il accuse aussi les médias d’insinuer que le PQ ne parle pas assez de souveraineté. « Pour traverser le mur médiatique, il faut annoncer quelque chose de neuf. Une “nouvelle” : qu’un Québec souverain va utiliser le peso comme monnaie nationale ou choisir le système parlementaire mongol. Alors, peut-être, serait-on dans le journal », ajoute-t-il.

L’ancien chef du PQ « lève aussi le capot », comme il le dit, sur la relation entre les élus et les journalistes. Il donne à ce chapitre un titre évocateur : Le fascinant tango. Il révèle certains aspects stratégiques de son parti à la recherche de visibilité.

« Les partis veulent “couler” leur information là où le plus de gens lisent ou regardent. C’est pourquoi Le Devoir ou Le Soleil sont rarement les premiers choix. Dans l’ordre, TVA et l’empire Québecor, la SRC et La Presse sont favoris, simplement parce qu’ils parlent au plus grand nombre. »

L'image de quelqu'un dans un tunnel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Qui veut la peau du Parti québécois? de Jean-François Lisée

Photo : Carte Blanche

Il fait également le constat qu’il y a embouteillage de messages le matin quand les différents partis représentés à l’Assemblée nationale cherchent l’attention des journalistes. Il compare d’ailleurs ces messages à des spermatozoïdes, rien de moins.

Tels des millions de spermatozoïdes lancés vers l’ovule, tous, sauf un ou deux, mourront avant d’atteindre l’œuf : les bulletins télé de 18 h et 22 h.

Jean-François Lisée

Anecdotes

L’ouvrage est aussi parsemé d’anecdotes intéressantes. Comme la question que son auteur voulait poser à François Legault, mais qu’il n’a jamais eu le temps de lancer dans le deuxième débat : « Vous [M. Legault] parlez toujours de votre temps chez Air Transat, mais aucun de vos partenaires de l’époque ne dit du bien de vous. Aucun ne dit que vous êtes compétent, bon gestionnaire ou joueur d’équipe. Pourquoi? »

Ou encore le jeu de rôles en coulisses pour préparer les débats : « J’avais insisté pour qu’on fasse une répétition grandeur nature. François Legault était joué par un Alain Therrien très irritant, Philippe Couillard par un Nicolas Marceau très en contrôle et Manon Massé par une Agnès Maltais beaucoup plus enflammée que la performance de son personnage allait l’être. »

Et les slogans qu’il a proposés pour son autocar de campagne : « Je testais des idées. Et si on écrivait sur l’autobus : “M. Parizeau n’aurait pas pris cet autobus”? Ou encore (ma préférée) : “Pas le bus de la CAQ!” L’opposition des créateurs fut unanime. Ils avaient sans doute raison. Je ne réussis qu’à imposer, en insistant, les mots : “Vous n’avez encore rien vu.” »

Jean-François Lisée sera en entrevue, dimanche, à l’émission Tout le monde en parle.

Politique provinciale

Politique