•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Plus stupide que criminel » : les frères arrêtés à la frontière pour une blague sur le terrorisme sont libérés

Un portrait des deux frères Roy.

Bailey Roy, à gauche, et son frère Damien Roy voulaient se rendre jusqu'au Mexique sans devoir s'arrêter à une station d'essence aux États-Unis.

Photo : Police régionale d'Halifax

Radio-Canada

Deux frères d'Halifax qui ont été arrêtés à la frontière canado-américaine l'automne dernier et accusés d'avoir commis un canular sur des activités terroristes ont été libérés vendredi.

Bailey Roy, 21 ans et Damien Roy, 22 ans ont tous deux plaidé coupables à la Cour provinciale de Woodstock au Nouveau-Brunswick. La Couronne a toutefois abandonné l’accusation de canular terroriste vendredi.

Le juge David Walker a qualifié l’incident de stupide avant de souhaiter bonne chance aux deux frères.

Dans un exposé conjoint des faits, le procureur de la Couronne, Brian Munn, a lu à haute voix les détails de l’étrange série d'événements qui ont conduit à l'arrestation des frères Roy.

Bailey et Damien Roy ont été arrêtés le 26 octobre. Le jour précédent, ils ont acheté une Buick Skylark bleue. Ils avaient prévu conduire jusqu’au Mexique sans devoir s'arrêter à une station d'essence aux États-Unis.

Ils ont rempli 21 pots avec de l’essence qu’ils ont placés dans le coffre et sur le siège arrière.

Sans passeport ou papier d’identité, ils pensaient pouvoir traverser la frontière en utilisant une route sans douanes. Sans GPS, ils se sont plutôt retrouvés au poste frontalier Houlton-Woodstock, entre le Nouveau-Brunswick et le Maine. Lorsqu’ils ont pris conscience de la situation, ils ont figé.

Des véhicules de police ont été aperçus près de la frontière américano-canadienne à Woodstock au Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des véhicules de police ont été aperçus près de la frontière américano-canadienne à Woodstock au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

À 10h05, à la vue du poste frontalier, les frères ont simplement arrêté la voiture au milieu de la route. Deux agents des services frontaliers du Canada les ont alors approchés dans un véhicule, avec les lumières et la sirène allumées.

Un des agents a tenté de communiquer avec les frères Roy, leur demandant s’ils allaient bien, mais il n’a pas obtenu de réponse. Bailey et Damien regardaient simplement droit devant eux. L’agent a voulu ouvrir la portière du conducteur, mais elle était barrée.

Les agents des services frontaliers ont alors remarqué les pots d’essence sur la banquette arrière de la voiture. Ils ont appelé la Gendarmerie royale du Canada et des agents frontaliers des États-Unis et ont fait venir un drone et des chiens policiers. Le poste frontalier a été fermé pendant 12 heures. Pendant la moitié de ce temps, les agents ont tenté de comprendre ce qui se passait avec les frères. Aucun des deux ne répondait aux policiers qui tentaient de communiquer avec eux.

Un véhicule blindé de la Gendarmerie Royale du Canada a été dépêché à la frontière américano-canadienne à Woodstock au Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un véhicule blindé de la Gendarmerie Royale du Canada a été dépêché à la frontière américano-canadienne à Woodstock au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Éventuellement, Bailey Roy a fait avancer la voiture jusqu’au point de contrôle et s’est arrêté. Les frères sont tous deux sortis par la porte du passager et ont été arrêtés par des agents américains. Ils ont été rendus aux autorités canadiennes, non sans quelques complications supplémentaires.

À leur sortie de la salle d’audience, les frères Roy n’ont pas voulu faire de commentaires auprès des médias.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !