•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est la grève au Collège des beaux-arts et du design de la Nouvelle-Écosse

Manifestation en soutien aux grévistes de NSCAD le 8 mars 2019 à Halifax.

Les membres du personnel académique du Collège des beaux-arts et du design de la Nouvelle-Écosse sont en grève.

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

Radio-Canada

Les membres du personnel académique du Collège des beaux-arts et du design de la Nouvelle-Écosse (NSCAD) sont en grève depuis le 1er mars. En cette fin de session, des étudiants commencent à s'inquiéter.

Pendant que les professeurs et les bibliothécaires faisaient du piquetage vendredi à l’extérieur de l’établissement d’enseignement supérieur d’Halifax, des étudiants de deuxième cycle ont occupé le bureau de la présidente Dianne Taylor-Gearing. Ils sont venus soutenir les professeurs, disent-ils.

Des étudiants occupent les bureaux de la présidente, le 8 mars 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des étudiants à la maîtrise sont venus soutenir le personnel académique, vendredi.

Photo : Radio-Canada / CBC / Paul Palmeter

Le corps enseignant est en grève. Ils ne peuvent pas venir assister aux expositions, donc les [étudiants de] deuxième année ne peuvent juste pas défendre leurs thèses, explique Camille-Zoé Valcourt-Synnott, une étudiante à la maîtrise.

Ce qui veut dire pas de diplôme de maîtrise, tant et aussi longtemps que le conflit de travail persiste.

Camille-Zoé Valcourt-Synnott.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Camille-Zoé Valcourt-Synnott, étudiante à la maîtrise.

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

On est ici pour mettre de la pression de la présidente pour retourner à la table des négociations, dit Mme Valcourt-Synnott.

Les expositions par l'entremise desquelles 17 finissants présentent leurs thèses sont en place, mais les professeurs sont en grève.

Louis-Charles Dionne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis-Charles Dionne, étudiant à la maîtrise.

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

L'administration du Collège a dit aux étudiants que la défense de thèse se ferait après l'exposition et serait basée sur la documentation accompagnant celle-ci, dit l'un des finissants, Louis-Charles Dionne. Cela est ridicule dans un programme comme le leur, réplique-t-il. C'est primordial d'être en galerie, insiste M. Dionne.

Le syndicat du personnel enseignant du Nova Scotia College of Art and Design (NSCAD), rejette la responsabilité de la grève sur l'administration de l'université, qu'il accuse d'incompétence.

Les 95 professeurs et bibliothécaires en grève estiment que la charge de travail est désormais trop lourde pour leur rémunération.

Des grévistes du Collège défilent avec des affiches à l'extérieur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le personnel académique du Collège des beaux-arts et du design de la Nouvelle-Écosse est en grève.

Photo : Radio-Canada / CBC / Paul Palmeter

Dans un communiqué le 1er mars, le président du syndicat FUNSCAD, Mathew Reichertz, dénonçait le manque d'investissements, malgré les sacrifices extraordinaires que le personnel dit avoir faits et les hausses des frais de scolarité.

Le personnel académique est sans convention collective depuis juin dernier.

Vingt-trois rencontres, les cinq dernières avec un médiateur, ont déjà eu lieu.

Mathew Reichertz manifeste à l'extérieur du Collège NSCAD le 8 mars 2019 à Halifax.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mathew Reichertz, président du syndicat FUNSCAD.

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

Il y a une lueur d’espoir dans le conflit. La présidente de NSCAD a annoncé vendredi que l'employeur rencontrera le syndicat dimanche.

Rencontré à l’extérieur du Collège, Mathew Reichertz ne voulait pas pécher par excès d’enthousiasme. Je ne veux pas dire que je suis optimiste, avance-t-il avec prudence. C'est un peu de mouvement, et on va voir ce qui se passe à la table des négociations, dit-il.

D’après un reportage de Paul Légère

Nouvelle-Écosse

Relations de travail