•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usage d’un explosif pour faire fuir des otaries déclenche une enquête fédérale

Le pêcheur se tient sur le pont de son bateau et montre un pétard de la longueur d'un doigt.

Allan Marsden assure qu'il voulait seulement effrayer les otaries.

Photo : CHEK News

Radio-Canada

Pêches et Océans Canada enquête sur un pêcheur du détroit de Géorgie, en Colombie-Britannique, filmé au moment où il lançait un pétard anti-ours au milieu d'un groupe d'otaries.

La vidéo a été publiée mardi sur la page Facebook de la Pacific Balance Pinniped Society, un groupe qui milite pour le contrôle de la population des otaries. On y voit un pêcheur professionnel, Allan Marsden, allumer la mèche d’un pétard et le lancer dans l’eau, où un groupe de plusieurs dizaines d’otaries sont en train de nager.

Quand le pétard explose, les otaries plongent. On entend un des pêcheurs rire et commenter en anglais : Ah, c’était super !

Joint par CBC, Allan Marsden explique qu’il voulait attirer l’attention sur la menace que les otaries représentent pour l’industrie de la pêche.

Les otaries sont là. Nous essayons de vivre de notre travail, et nous cherchons un moyen de concilier les deux.

Allan Marsden, pêcheur dans le détroit de Géorgie

Le pêcheur explique qu’il était en mer pour évaluer la quantité d’œufs que portent les harengs en cette période de l’année, mais que les otaries faisaient fuir les poissons. Il affirme qu’il avait des explosifs pour se protéger, car les otaries peuvent mordre.

Heureusement que je ne suis pas dans un fauteuil roulant, ou pire, car une otarie aurait pu m’attraper, m'emmener par-dessus bord et me noyer.

Allan Marsden, pêcheur dans le détroit de Géorgie

Pêches et Océans Canada a lancé une enquête et n’exclut pas des poursuites judiciaires. Le ministère fédéral rappelle qu’il est illégal de déranger les mammifères marins.

Le directeur de l'unité de recherche sur les mammifères marins de l’Université de la Colombie-Britannique, Andrew Trites, est scandalisé par ce qu'il a vu. Si vous lancez un bâton de dynamite près de la tête d’un animal, vous allez faire exploser les tympans, s’indigne l’universitaire. Si c’est près de l’œil, vous allez lui crever l’œil.

Allan Marsden assure que l’explosif n’était qu’un pétard destiné à effrayer les animaux et non à les blesser.

Avec les informations de Chek news, Joel Ballard et Cory Correia.

Colombie-Britannique et Yukon

Chasse et pêche