•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis annoncent 9 projets de recherche inusités en IA

Représentation graphique sur le thème de l'intelligence artificielle
La DARPA a reçu 2 milliards de dollars du gouvernement américain pour mener ces recherches Photo: getty images/istockphoto / Jirsak
Radio-Canada

Des algorithmes plus cultivés et dotés d'une meilleure compréhension du monde, qui apprennent plus vite et avec moins de données, et des puces capables de se reconfigurer pour rendre l'intelligence artificielle (IA) plus puissante. Voilà les projets fous sur lesquels l'Agence pour les projets de recherche avancée de défense des États-Unis (DARPA) travaillera au cours des cinq prochaines années.

Le programme AI Next (Nouvelle fenêtre) lancé cette semaine comprend neuf projets de recherche importants. L’un d’eux pourrait servir à doter les algorithmes d’un « sens commun », c’est-à-dire s’assurer qu’ils comprennent mieux le monde dans lequel nous évoluons et qu’ils ont une certaine culture générale.

Si ce projet est concluant, il pourrait mener à la création d’assistants virtuels plus intelligents, avec lesquels les interactions seraient plus fluides et naturelles. Les robots et les voitures autonomes pourraient également en profiter, puisque cette compréhension du monde leur permettrait de mieux naviguer dans des environnements inconnus.

Des algorithmes plus faciles à entraîner

La DARPA espère par ailleurs découvrir des façons d’entraîner des algorithmes à partir d’échantillons de données beaucoup plus restreints qu’aujourd’hui sans pour autant nuire à leurs capacités.

Les systèmes d’intelligence artificielle actuels fondent leurs connaissances sur des banques de données massives. Par exemple, pour qu’un algorithme puisse reconnaître un chien dans une photo, il lui faut parfois étudier des millions de photos de chien.

Réduire la quantité de données nécessaires à l’entraînement d’un algorithme pourrait faire la différence dans la course à la domination du marché mondial. La Chine, où l’accès à de grandes quantités de données est facilité par des lois et une culture plus souples, menace en effet la suprématie américaine en IA.

À travers le programme AI Next, la DARPA espère entre autres réduire les besoins en énergie et en données des algorithmes, améliorer la robustesse et la fiabilité des systèmes d’IA, renforcer la sécurité et la résilience de l’apprentissage machine et réduire l’inefficacité des algorithmes.

États-Unis contre Chine

Les 2 milliards de dollars américains qui seront investis dans ces projets pourraient bien ne jamais mener à des résultats concluants. Mais les États-Unis espèrent que les connaissances que ses chercheurs acquerront en travaillant sur ces recherches permettront au pays de maintenir son avance sur le reste du monde – en particulier sur la Chine.

« Notre administration soutient l’engagement de la DARPA et partage son intérêt intense à développer et trouver une application à l’intelligence artificielle », a déclaré Michael Kratsios, assistant adjoint au président pour les politiques technologiques à la Maison-Blanche, lors de la présentation des projets.

« La DARPA a une longue histoire d’investissements hâtifs dans de la recherche fondamentale qui a conduit à des avantages incroyables, a poursuivi M. Kratsios. Elle continue de bâtir autour de ce succès dans la recherche sur l’intelligence artificielle. »

Des projets excentriques

La DARPA est loin d’en être à ses premiers projets excentriques. Les milliards de dollars qu’elle reçoit année après année au nom de la défense nationale ont en effet parfois mené à des initiatives douteuses.

Dans les années 1960 et 1970, l’agence a notamment fait des recherches visant à mettre au point un rayon de particules (Nouvelle fenêtre) capable de détruire des missiles nucléaires soviétiques. Pour alimenter le rayon de particules en énergie, la DARPA comptait ni plus ni moins faire exploser des bombes nucléaires sous les Grands Lacs afin de les drainer en 15 minutes.

Mais parmi les nombreuses recherches qui ne mènent à rien, certaines finissent par changer le visage du monde. Dans les années 1960, c’est la DARPA qui a mis au point la technologie de communications informatiques qui s’est transformée en Internet tel qu'on le connaît aujourd’hui. Le GPS et la reconnaissance vocale sont aussi issus de l’esprit extravagant de ses chercheurs.

Avec les informations de MIT Technology Review, The Atlantic, et Newsweek

Intelligence artificielle

Techno