•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ensevelie après une chute de neige qui a dévalé de son toit

Le toit de la maison de Nicolina D'Agosto.

Des arrêts de neige sont visibles sur la toiture de Nicolina D'Agosto.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Marie-Ève Trudel

Le 28 novembre dernier, Nicolina D'Agosto a eu une terrible frousse. « J'ai vu la fin de ma vie », relate-t-elle dans un courriel envoyé à un ami, depuis son lit d'hôpital, après l'événement. De la neige a chuté du haut de sa toiture neuve. Elle raconte avoir été « enterrée vivante » devant sa maison. L'épisode, qui aurait pu être fatal, soulève des questions de prévention et de sécurité.

J’ai réussi à respirer dans une minipoche d’air, aidée par mes bras. J’ai crié pour qu’on me retrouve.

Voilà qui en dit beaucoup sur l'état de détresse qui l'a envahie pendant de longues minutes. La Trifluvienne est d'ailleurs encore troublée par les événements. D'abord hésitante à livrer son histoire, elle a accepté de se confier à Radio-Canada dans un souci de sensibilisation.

Nicolina D'AgostoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nicolina D'Agosto souhaite sensibiliser les propriétaires qui ont des toitures semblables.

Photo : Radio-Canada

Pour comprendre ce qui s'est produit, il faut remonter à la fin de l'automne, alors qu'Environnement Canada rapportait une couverture de neige deux à quatre fois plus épaisse que la normale.

L'année d'avant, Nicolina D'Agosto et son conjoint, Sylvain Richard, avaient choisi de revêtir leur toit avec du bardeau d'aluminium, un matériau vendu pour sa durabilité et son absence d'entretien.

Cette journée de novembre, Nicolina D'Agosto sortait banalement de chez elle lorsque la chute de neige s'est produite, la laissant prisonnière au pas de sa porte. Je me voyais partir, faute d’oxygène, relate-t-elle.

La vie sauve

Elle a eu de la chance. Son conjoint et son voisin étaient à l'extérieur. Ils ont entendu la neige lourde tomber avec fracas et ont pu intervenir.

Ils ont cru un moment que c’était terminé pour moi. Sylvain était désespéré tout comme notre voisin. Ma fille Alyssa était dehors pieds nus guidée par l’opératrice du 911. [Elle] était surprise d’apprendre que sa mère était enterrée vivante devant la maison.

Nicolina D'Agosto, dans un courriel envoyé à un ami

Les pompiers sont intervenus. Ils ont dit que c’est presque un miracle de m’avoir retrouvée consciente sous ce tas de neige mouillée et pesante, ajoute-t-elle.

Le toit en bardeau d'aluminium.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En novembre 2018, la propriétaire de cette résidence de Trois-Rivières a été ensevelie après une chute de neige du toit en bardeau d'aluminium.

Photo : Gracieuseté Nicolina D'Agosto

Des précautions?

Plusieurs spécialistes contactés invoquent la nécessité d'installer des arrêts de neige en nombre suffisant sur la toiture pour empêcher les chutes massives de neige et de glace.

Il y en avait quelques-uns, c'est bien. [Les entrepreneurs] y ont quand même pensé, mais il n'y en avait peut-être pas suffisamment ou ils n'étaient peut-être pas assez gros.

Joanie Turcotte, architecte associée, Doucet et Turcotte architectes

L'architecte Joanie Turcotte croit qu'il faut tenir compte de plusieurs facteurs quand on fait le choix d'une toiture métallique, dont l'orientation du toit.

Les nouvelles maisons, les pentes des toits sont dirigées vers le côté de la maison et non à l'avant, dit-elle. Souvent, il y a un dégagement. Les gens ne vont pas circuler le long des toits alors ce n'est pas dangereux.

Sylvain Richard reconnaît le problème. Tous mes versants sont vers la cour, dit-il.

Sa conjointe et lui souhaitent faire installer des barrières sur le toit pour retenir complètement la neige.

Je ne me sens pas en sécurité présentement, je surveille toujours toujours la toiture, je crains vraiment pour les autres, ajoute Nicolina D'Agosto, évoquant le passage fréquent du facteur ou du camelot.

La compagnie réagit

Joint par téléphone par Radio-Canada, le propriétaire de l'entreprise Les Toits Permanents du Québec, Samir Mehailia, a dit prendre la situation très au sérieux et a affirmé qu'il s'occuperait personnellement de ce dossier.

Il prévoit aller rencontrer ses clients la semaine prochaine pour évaluer les options d'amélioration de toiture.

Il soutient que sa compagnie, basée à Montréal, a réalisé plus de 7000 toitures et qu'il n'a jamais eu écho d'un tel événement par le passé.

C'est sûr que les conditions hivernales cet hiver, tout le monde me le répète que c'est exceptionnel, mais qu'est-ce qui nous dit que, dans le futur, ce n'est pas quelque chose qui va être courant, conclut Nicolina D'Agosto. Personne ne peut nous le dire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Prévention et sécurité