•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lavallée Gravel, une histoire de famille à Sainte-Élisabeth

Lavallée Gravel, une histoire de famille à Sainte-Élisabeth

Lavallée Gravel, une histoire de famille à Sainte-Élisabeth

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Toute l'affaire de Lavallée Gravel c'est toute mon histoire, c'est toute ma famille. Ça veut dire beaucoup », souligne Raymonde Dupuis à sa petite-fille Kaylee Dixon lors d'un entretien pour le projet Les lieux-dits.

Radio-Canada s'est associée à l'Association culturelle franco-manitobaine (ACFM) pour faire découvrir des lieux-dits manitobains, des endroits souvent absents des cartes géographiques, mais qui ont leur propre histoire. Ces reportages publiés en 2016 s'appuyaient sur une série de rencontres entre jeunes et moins jeunes, pour transmettre des repères culturels et historiques aux générations futures et faire rayonner le patrimoine historique des communautés rurales manitobaines.

Lavallée Gravel et Lavallée Trucking ont vu le jour dans les années 1980 et 1990, mais les premières initiatives d’entreprises ont été réalisées bien avant, par le grand-père de Raymonde Dupuis.

« Il paraît que mon grand-père et son frère ont creusé dans les années 1920 le sous-sol de l’église Saint-Jean-Baptiste », mentionne Raymonde Gagné. Ils ont aussi construit l’avenue River du village à l’aide de chevaux et de machines rudimentaires.

Raymonde Dupuis en entrevue avec sa petite-fille Kaylee Dixon.

Raymonde Dupuis en entrevue avec sa petite-fille Kaylee Dixon.

Photo : Radio-Canada/Joanne Lussier-Demers

Vers les années 1960, le père de Raymonde a concentré ses activités dans l’exploitation du gravier. « Mon père remplissait le camion à la pelle, à la main. Alors, nous on aimait ça. On allait à la carrière avec lui et on avait une demi-heure pour jouer dans le sable, le temps qu’il remplisse le camion à la pelle. Ensuite, on arrêtait au petit magasin à Rosa et on achetait une Orange Crush et des croustilles pour 25 cents. »

Son frère Roger et ses trois enfants sont désormais propriétaires des entreprises Lavallée Gravel et Lavallée Trucking.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !