•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Avouez que vous avez tué votre père! » Un contre-interrogatoire musclé au procès Oland

Dennis Oland photographié aux abords du palais de justice de Saint-Jean.

Dennis Oland se dirige vers le palais de justice de Saint-Jean où il témoigne à son procès pour le meurtre non prémédité de son père, le multimillionnaire Richard Oland.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Catherine Allard

Dennis Oland s'est soumis à un contre-interrogatoire serré vendredi à son procès pour meurtre, à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. La Couronne l'a soumis à un feu roulant de questions pointues et difficiles, et a suggéré à plusieurs reprises qu'il avait tué son père. L'accusé clame toujours son innocence.

Dennis Oland a pris place à la barre des témoins pour une troisième journée consécutive, dans le cadre de son procès pour le meurtre non prémédité de son père, le multimillionnaire Richard Oland.

Il a été confronté à une série de questions au sujet d’incohérences relevées lorsqu'il a été interrogé par la police après la découverte du corps, ainsi que sur certains comportements difficiles à expliquer le soir du meurtre, selon la Couronne.

L’accusé a dû expliquer pourquoi il n’avait pas dit à la police qu’il était retourné voir son père après être parti une première fois. La procureure Jill Knee a dit que c'était parce qu'il ne voulait pas que la police sache ce qu'il avait fait à ce moment-là.

Vous n'avez pas parlé de cette visite à la police parce que c'est à ce moment que vous avez tué Richard Oland!

Jill Knee, procureure de la Couronne

Dennis Oland a simplement répondu : Je n'ai pas tué mon père. Il est demeuré calme tout au long de son témoignage.

Dennis Oland, 51 ans, arrive au palais de justice de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dennis Oland témoigne pour un troisième jour de suite dans le cadre de son procès pour le meurtre de son père, le multimillionnaire Richard Oland.

Photo :  CBC / Brett Ruskin

Jill Knee a aussi accusé Dennis Oland d’avoir menti à la police lorsqu’il a affirmé qu’il portait un veston bleu plutôt qu’un veston brun lorsqu’il a vu son père pour la dernière fois. L’accusé a répondu qu’il s’était simplement trompé. Du sang de la victime a été retrouvé sur le veston brun par la suite.

Dennis Oland a aussi dû expliquer pourquoi il s’était rendu au quai Renforth, près de chez lui, après avoir rendu visite à son père. La police a cru que c’était pour se débarrasser d’une arme du crime ou de vêtements ensanglantés, mais rien n’a jamais été retrouvé.

Dennis Oland a toujours dit qu’il s’était rendu au quai pour voir si ses enfants s’y trouvaient. La procureure a affirmé que Dennis Oland savait où se trouvaient ses enfants, car il échangeait des messages textes avec eux depuis le matin, et qu’il n’est pas allé au quai pour les trouver.

« Il pouvait être un salaud », dit Dennis Oland

Il a longuement été question de la relation entre Dennis Oland et son père Richard lors de ce contre-interrogatoire, à l’image du reste du procès.

J'aurais souhaité avoir une meilleure relation avec mon père, à certain moment elle était troublante.

Dennis Oland

Dennis Oland a décrit une relation difficile et malsaine entre lui et son père. La procureure a présenté une relation difficile. Elle a dit que Richard Oland avait beaucoup d’attentes envers son fils et était souvent dur avec lui.

Il pouvait être un salaud, a répondu Dennis Oland, en acquiesçant aux propos de la procureure.

La victime, Richard OlandAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La victime, Richard Oland

Photo : Voile Canada

« Je ne suis pas un monstre »

Il s’agit de la troisième journée que Dennis Oland passe à la barre des témoins. Jeudi, il a répondu aux questions de son propre avocat, Michael Lacy.

Lors de cette partie du témoignage, il a répondu aux allégations de la Couronne, qui affirme qu’il a violemment tué son père dans un accès de rage, en raison de problèmes d’argent.

C'est ridicule. Je ne suis pas un monstre. Je ne ferais pas cela à mon père ou à qui que ce soit.

Dennis Oland

Richard Oland a été trouvé assassiné dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean, en juillet 2011. L’enquête de la police a démontré que son fils est la dernière personne à l’avoir vu vivant.

Un procès qui tire à sa fin

La présentation de la preuve est presque terminée au procès de Dennis Oland. La défense estime qu’elle aura terminé d’interroger ses témoins au milieu de la semaine prochaine.

La défense aura donc passé une semaine et demie à présenter ses témoins, alors que les témoins de la Couronne ont défilé à la barre pendant près de 40 jours.

Les deux parties devraient présenter leurs arguments finaux dans quelques semaines. Un verdict est attendu cet été.

Dennis Oland (à droite) quitte le palais de justice de Saint-Jean avec ses avocats, lundi midi. La photo a été prise le 7 janvier 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dennis Oland (à droite) quitte le palais de justice de Saint-Jean avec ses avocats, lundi midi.

Photo : Radio-Canada

Richard Oland a été trouvé sans vie le matin du 7 juillet 2011 dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean.

L'homme d'affaires de 69 ans, ancien dirigeant de la brasserie Moosehead, avait été battu à mort.

Son fils Dennis Oland a été inculpé de meurtre au deuxième degré en 2013.

Il a été condamné en 2015, mais le verdict du jury a été annulé en appel en 2016, et un nouveau procès a été ordonné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites