•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une commission du Maine se penche sur un projet d'Hydro-Québec

Un pylône électrique
Les revenus du contrat d'Hydro-Québec avec le Massachusetts sont estimés à 10 milliards de dollars américains. Photo: Radio-Canada / Alex Lévesque
Associated Press

Un projet de ligne de transport permettant à Hydro-Québec d'acheminer de l'électricité vers le Massachusetts en passant par l'ouest du Maine est « dans le meilleur intérêt » des consommateurs mainois grâce aux diverses conditions obtenues par la Central Maine Power, a affirmé un avocat de l'État jeudi.

Toutefois, la principale organisation de défense de l'environnement du Maine demeure opposée à la ligne de 230 kilomètres.

« Nous ne pensons pas que cela garantira une réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le monde », a avancé Sue Ely, du Conseil des ressources nationales du Maine devant la commission des services aux collectivités du Maine, qui doit autoriser le projet New England Clean Energy Connect (NECEC).

Hydro-Québec mise sur cette ligne, dont la mise en service est prévue en 2022, pour acheminer 9,45 térawattheures (TWh) d'hydroélectricité par année pendant 20 ans au Massachusetts dans le cadre d'un contrat dont les revenus sont estimés à 10 milliards de dollars américains.

Jeudi, plusieurs personnes sont venues donner leur avis sur la proposition de Central Maine Power (CMP) visant à rendre le projet plus alléchant aux consommateurs de l'État. La commission a écouté divers mémoires et attend une recommandation interne plus tard ce mois-ci.

Hydro-Québec et CMP ont offert des incitatifs supplémentaires d'environ 258 millions de dollars américains, dont 170 millions proviendront de la société québécoise. Ce montant permettrait notamment de financer un réseau Internet à large bande, la mise sur pied d'un réseau de bornes de recharge et à offrir des subventions aux acheteurs de thermopompes.

Selon l'avocat Barry Hobbins, CMP a mené des négociations acharnées afin d'en arriver à une proposition qui est « du meilleur intérêt des contribuables du Maine ». Celle-ci permettra aussi de contribuer à la lutte contre les changements climatiques en réduisant les émissions de carbone.

« Il s'agit d'un processus à long terme pour réduire notre empreinte carbone. C'est une occasion qui se présente rarement », a-t-il déclaré.

Hésitant initialement à se prononcer sur le projet, la gouverneure démocrate Janet Mills a finalement manifesté son soutien, il y a deux semaines, à cause des mesures incitatives mises en place.

Les autorités du Massachusetts ont adopté le projet après que le New Hampshire eut abandonné le projet controversé de Northern Pass.

L'énergie renouvelable provenant du Canada équivaut à retirer 40 % des voitures et des camions des routes du Maine chaque année, a fait valoir la directrice du Bureau de l'énergie de la gouverneure, Angela Monroe.

Mais selon Mme Ely, la ligne supprimera des éoliennes et des projets d'énergie solaire dans le Maine tout en nuisant à l'environnement à cause de son tracé qui traversera le sentier des Appalaches, 263 zones humides et 115 ruisseaux.

Énergie

Économie