•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de patrouilles de bénévoles à vélo dans les rues de Saint-Boniface cet été

Trois cyclistes portant un chandail les identifiant à la patrouille de Saint-Boniface.

Les patrouilles à vélo de St. Boniface Street Links parcourent bénévolement le quartier de Saint-Boniface pour assurer un sentiment de sécurité.

Photo : Marion Willis

Radio-Canada

L'organisation à but non lucratif St. Boniface Street Links recherche des cyclistes bénévoles pour constituer de nouvelles patrouilles afin d'assurer la sécurité du quartier.

La présidente de l’organisation, Marion Willis, explique vouloir répondre « aux enjeux associés à l’épidémie de méthamphétamine et créer un meilleur sentiment de sécurité ».

« Il y a eu une augmentation des crimes résidentiels, des crimes dans les commerces, de mendicité et des vols de biens », observe-t-elle.

L’organisation s’est associée à la zone de développement économique de Norwood Grove qui lui a permis d’acheter de nouveaux vélos et de démarrer une campagne de recrutement.

St. Boniface Street Links a déjà 18 patrouilles à vélo et Marion Willis espère trouver 30 à 40 nouveaux cyclistes.

« Cela nous permettrait d’offrir une couverture sur sept jours dans un périmètre plus étendu à Saint-Boniface. Nous allons travailler avec des personnes qui mendient pour comprendre pourquoi elles sont là et essayer de trouver des solutions de rechange », précise la présidente.

Les patrouilles travailleront avec les commerces locaux pour comprendre quelles sont leurs inquiétudes. Elles auront également le soutien de la police de Winnipeg pour répondre aux divers problèmes rencontrés dans les rues.

Les cyclistes auront d’ailleurs un nouveau nom cette année. Ils laisseront le titre de « patrouilleurs à vélo » pour prendre celui « d'ambassadeurs ».

« Nous voulions quelque chose de plus positif. Nous voulons que tout le monde puisse nous aborder sans être effrayé », argumente Marion Willis en évoquant les touristes.

Elle ajoute qu’elle recherche des personnes de plus de 18 ans disposant d’un téléphone cellulaire. Avoir son propre vélo est également un atout.

Les nouvelles recrues suivront une formation. Elles intégreront ensuite une équipe de trois personnes. L'une de ces personnes aura suivi une formation spécifique pour gérer les situations à risques.

Manitoba

Pauvreté