•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des photos à l'ancienne

Deux appareils photo Nikon.
La complexité de l'argentique procure de la satisfaction à certains photographes. Photo: Radio-Canada / Frédéric Pepin
Thomas Laberge

Avec l'arrivée des téléphones intelligents, la photographie est à la portée de tout le monde.

Toutefois, malgré la facilité du numérique, des irréductibles de la photo argentique continuent de développer leurs clichés à l’ancienne au Cégep de Chicoutimi.

La méthode consiste à développer des photographies grâce à des composés chimiques et à une exposition contrôlée à la lumière dans une chambre noire. Un long procédé qui peut nécessiter jusqu'à deux heures pour développer un seul cliché.

C'est sûr que ce n'est pas quelque chose comme la photo numérique où tu mets ta clé dans l'ordinateur et tu pèses sur le bouton. Il faut prendre le temps de faire le développement, explique Alain Carrier, qui fait de la photo argentique depuis près de 40 ans.

Négatifs en noir et blanc dans un bassin. Malgré l'avènement des téléphones intelligents, la photo argentique compte toujours des adeptes. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Bien que la photographie numérique soit plus facile, la complexité de l'argentique procure un sentiment de satisfaction à ses adeptes. De plus, la manipulation que requiert le développement donne une plus-value au résultat final.

Quand on fait une photo argentique, on pense à tout ce qui va venir après, c'est-à-dire le développement et l'agrandissement, et la photo est beaucoup plus belle et intéressante.

Marc Langevin, photographe amateur

Relève

La photo argentique est une technique en perte de popularité, mais la relève est présente.

Je suis venue au cégep en arts visuels et il y avait un cours de photographie. On a commencé avec l’argentique et c’est là que j’ai eu la piqûre, explique Noémie Fortin, 19 ans.

Négatifs en noir et blanc dans un bac. Des irréductibles de la photo argentique s'exercent au Cégep de Chicoutimi. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Le Cégep de Chicoutimi est l’un des derniers endroits au Saguenay-Lac-Saint-Jean où l’on retrouve une chambre noire.

Saguenay–Lac-St-Jean

Photographie