•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de parc éolien à St-Bernardin est-il toujours en vie?

Une photo d'un paysage rural avec plusieurs éoliennes

L'installation d'éoliennes est très controversée dans certaines communautés de l'Est ontarien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le regroupement Sauvons La Nation a-t-il crié victoire trop rapidement lorsque le gouvernement Ford a annoncé l'annulation de 758 projets d'énergie renouvelable en juillet dernier?

Un texte de Denis Babin

La question se pose, alors que le mouvement citoyen, qui s’oppose à la construction d’un parc éolien à St-Bernardin, vient de découvrir que la Commission de l’énergie de l’Ontario (CEO) avait accordé un permis permettant la production d’électricité au promoteur du projet Champs de l’Est peu de temps avant les fêtes.

Grosse surprise en effet. […] On ne comprend pas tellement. On a fait des suivis. On a envoyé une lettre au ministre de l’Énergie [Greg Rickford], […] J’ai aussi communiqué avec le ministère de l’Environnement. […] On essaie de s’informer là où l’on peut, indique Julie Leroux, porte-parole du mouvement Sauvons La Nation

Le projet de parc éolien à St-Bernardin a-t-il toujours le vent dans les voiles ou, si vous préférez, dans les pales?

Radio-Canada a tenté de contacter la compagnie qui pilote le projet, Renewable Energy Systems (RES), mais personne n’est présentement disponible pour accorder une entrevue.

L’annulation d’un contrat et l’émission d’un permis de production d’électricité : deux processus distincts

Dans un courriel, une porte-parole du ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines de l'Ontario nous a indiqué que « l’annulation des contrats l’été dernier ne couvrait pas les demandes de permis de production d’électricité [que] le processus d’émission de permis incombe à la CEO » qui est un organisme indépendant de réglementation.

Le fait d’avoir aboli un programme sur l’énergie renouvelable n’a pas une conséquence directe sur le fait qu’un promoteur puisse développer un projet de production d’électricité. La CEO a accordé le permis justement parce que le processus a été respecté, explique le professeur de gestion et de droit de l’Université d’Ottawa, Gilles LeVasseur.

Selon ce dernier, l’obtention de ce permis permet entre autres au promoteur du parc éolien de faire la démonstration que son projet tient la route.

C’est […] l’idée de base. […] Il faut […] avoir le droit de production et d’être capable de vendre [l’électricité] pour être capable d’avoir des ententes avec d’autres fournisseurs. Parce qu’autrement, les fournisseurs ne prendront pas de risques, ajoute M. LeVasseur.

C’est sans compter qu’une compagnie ayant un permis de production d'électricité en poche peut revenir à la charge dans l’éventualité où des conditions favorables aux énergies renouvelables sont recrées par un autre gouvernement.

Dans le cas de St-Bernardin, le permis de production est valide jusqu’en 2038.

C'est pourquoi les membres du regroupement Sauvons La Nation comptent rester sur leurs gardes.

On ne s’attendait pas à ce qu’un permis de production d’électricité soit émis pour ce projet-là. Alors, oui, on reste aux aguets, conclut Julie Leroux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Énergies renouvelables