•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine accroît ses mesures d’inspection du canola canadien

Des fleurs de canola sur fond de ciel bleu

Des fleurs de canola

Photo : iStock / Daniel Prudek

Radio-Canada

Tandis que des agriculteurs surveillent de près la décision du gouvernement chinois de bloquer certaines importations de canola canadien, la douane chinoise a annoncé, jeudi, que celles-ci seront désormais soumises à des inspections plus approfondies à leur entrée en Chine.

Cette annonce s’inscrit dans ce qui semble être une série de mesures de représailles de la Chine envers le Canada. Les tensions politiques entre le Canada et la Chine ont augmenté depuis l’arrestation, en décembre, de la vice-présidente de la société de technologie chinoise Huawei, Meng Wanzhou, à Vancouver, à la demande des autorités fiscales américaines.

Deux Canadiens ont par la suite été arrêtés en Chine, où ils sont soupçonnés d’avoir menacé la sécurité nationale, et un troisième Canadien a été condamné à mort. Cette semaine, la Chine s’en est pris au canola canadien, en interdisant l’importation des graines de canola de l’entreprise de Winnipeg Richardson International.

Une femme asiatique porte un chapeau et est suivie par un homme chauve. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Meng Wanzhou quitte sa maison pour comparaître à la Cour suprême de la Colombie-Britannique le 29 janvier à Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Dans un communiqué publié sur son site Internet jeudi, la douane chinoise indique que quatre bureaux de douane ont trouvé des parasites, tels que des pathogènes fongiques, dans du canola importé. Les autorités chinoises confirment avoir révoqué le permis d’exportation de Richardson International, un des plus importants exportateurs de grains au pays.

Selon l’agence des douanes chinoise, il est nécessaire de procéder à des inspections plus approfondies et d’effectuer des tests en laboratoire pendant que le canola importé est placé en quarantaine.

Des responsables canadiens affirment cependant qu'il n'y a aucune preuve de ces allégations.

La ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a déclaré, mercredi, que l’Agence canadienne d’inspection des aliments avait mené des tests quand la Chine a rapporté des cas de non-conformité dans des importations de canola. Neuf de ces tests ont eu lieu depuis janvier, et aucun, selon l’agence, n’a permis de détecter la présence de parasites ou de bactéries.

Mercredi, le ministre de la Diversification du commerce international, Jim Carr, indiquait que le gouvernement a « demandé à la Chine de présenter des preuves de quelconques problèmes avec ce canola ».

Des producteurs pris au piège

Certains agriculteurs du Manitoba se disent maintenant pris au piège dans un conflit diplomatique qui les dépasse.

« En tant qu'agriculteurs, nous ne pouvons rien faire à cet égard », affirme Bruce Dalgarno, qui cultive du canola près de Newdale, village situé dans l'ouest de la province.

Il dit que l'interdiction d'importation pourrait avoir des conséquences majeures, car les agriculteurs sont en train de planifier la saison 2019. Il ajoute qu'entre 30 et 40 % des 1600 hectares de sa ferme sont consacrés au canola.

« C’est la culture qui est la plus profitable économiquement », ajoute-t-il.

L’agriculteur croit que, si les problèmes avec la Chine devaient continuer, il pourrait décider de planter moins de canola cette année.

Un homme travail dans un moteur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Landon Friesen, répare une machine qui transforme la graine de canola en huile. L'agriculteur de Crystal City au Manitoba dont la famille cultive 900 hectares de canola espère que les gouvernements résorbent la situation rapidement.

Photo : Radio-Canada

Landon Friesen, un agriculteur de Crystal City, dans le sud du Manitoba, dont la famille cultive 900 hectares de canola, espère également que les gouvernements régleront le problème rapidement.

« C'est préoccupant, affirme-t-il. Pour ceux qui ont du grain invendu, c'est frustrant. Cela a un impact important sur la planification. »

Selon Statistique Canada, les agriculteurs canadiens ont ensemencé 9 millions d’hectares de canola en 2018, une légère baisse par rapport à 2017.

Le Conseil canadien du canola soutient qu’environ 40 % des exportations canadiennes de canola sont envoyées vers la Chine.

Qualifié par le Conseil canadien du canola (CCC) de plus grand succès canadien en agriculture, le canola a été mis au point par des chercheurs canadiens qui, en employant des méthodes traditionnelles de croisement et de sélection des plantes, ont obtenu une variété de colza d’un jaune vibrant dont les graines peuvent être transformées en huile végétale.

Avec des informations d'Associated Press

Manitoba

Agriculture