•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Migrants : les États-Unis ont dressé une liste de journalistes et de militants à intercepter

Un agent des services frontaliers américains

Les services frontaliers américains ont expressément ciblé des militants des droits des migrants et des journalistes en lien avec une caravane de migrants cherchant à entrer aux États-Unis.

Photo : Reuters / Jose Luis Gonzalez

Radio-Canada

Les services frontaliers américains ont compilé une liste de 59 personnes, principalement des journalistes, des avocats et des militants, que les agents des douanes avaient pour mandat d'intercepter et d'interroger à la frontière avec le Mexique dans des points de passage de la région de San Diego. Au total, 21 de ces personnes ont bel et bien été interrogées ou arrêtées, selon des documents obtenus par NBC.

Plusieurs personnes se trouvant sur cette liste ont confirmé à la chaîne américaine qu'ils avaient été pris à part, à la frontière, et qu'on leur avait dit qu'ils étaient interrogés dans le cadre d'une « enquête sur la sécurité nationale ».

Selon les services frontaliers, les noms inscrits sur la liste en question sont ceux de gens qui étaient présents lorsque des violences impliquant des migrants ont éclaté à la frontière avec la ville mexicaine de Tijuana, en novembre. Parmi ces gens, des personnes ont été questionnées pour que l'agence fédérale puisse en apprendre davantage sur l'origine de cette violence.

Le 25 novembre, des violences ont éclaté lorsque certains immigrants ont tenté de forcer les points de passage ou d'escalader des barrières après avoir éprouvé de la frustration en raison des longs délais d'attente pour espérer entrer aux États-Unis. Les services frontaliers américains ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

La liste, datée du 9 janvier dernier, comporte également les noms d'organisateurs et de coordonnateurs qui souhaitaient venir en aide aux migrants membres d'une caravane partie d'Amérique centrale. On y compte les noms de 10 journalistes, dont sept citoyens américains, un avocat exerçant aux États-Unis et 31 autres Américains occupant divers rôles.

Des partisans d'associations de défense des migrants comme Border Angels (Les Anges de la frontière) et Pueblo Sin Fronteras (Peuple sans frontières) font aussi partie de la liste, a précisé NBC 7.

Dans certains cas, les services frontaliers ont collaboré avec le gouvernement mexicain; la liste a été compilée peu de temps après l'arrivée de près de 5000 migrants originaires du Honduras dans la région de San Diego.

Craintes confirmées

Ces documents confirment ce qu'ont rapporté de manière anecdotique des gens impliqués dans l'aide humanitaire et consulaire offerte aux migrants. Selon ces gens, les douaniers américains se concentrent sur eux et les prennent de plus en plus à part pour une « deuxième vérification ».

Lors de cette vérification, des journalistes et des avocats indiquent qu'on leur demande de donner accès à leur téléphone cellulaire. La plupart d'entre eux ne connaissent pas leur droit, en tant que citoyens américains, de refuser de répondre à une telle demande ou d'exiger la présence d'un avocat.

Au dire d'un ancien responsable de la Sécurité nationale, cibler des voyageurs en fonction de leur profession est contraire à la politique américaine en la matière.

Avec les informations de NBC et de l'Agence France-Presse

Politique américaine

International