•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de 46 foyers de soins tiennent un vote de grève aujourd’hui

Une préposée aux soins aide un patient à se déplacer en fauteuil roulant

Près de 4100 travailleurs des foyers de soins voteront pour ou contre la grève jeudi au Nouveau-Brunswick.

Photo : Shutterstock

Anaïs Brasier

Le représentant syndical des travailleurs de 46 foyers de soins du Nouveau-Brunswick n'en doute pas : ils voteront majoritairement en faveur de la grève. Mais attention, cela ne veut pas nécessairement dire qu'il y aura bel et bien une grève.

Les quelque 4100 employés de foyers de soins représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique, répartis dans 46 établissements, tiennent un vote de grève jeudi.

De ce qu’on a entendu de nos membres, ça va être un gros vote de grève dans tous les foyers. [...] Je crois ça va être un gros pourcentage pour la grève.

Patrick Roy, coordonnateur du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick

Mais une grève ne se déclenche pas automatiquement lorsque des syndiqués votent en faveur d'un débrayage. C’est ensuite à l’équipe de négociation syndicale de décider si et quand les employés partent en grève. Tu peux pas aller en grève sans ce vote-là. Ça veut dire qu’il faut prendre le vote d’avance, explique Patrick Roy, coordonnateur du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick. Mais juste parce que tu prends le vote, ça veut pas dire qu’on va en grève.

Ce que le syndicat espère, c’est d’obtenir un mandat de grève fort et de pouvoir retourner à la table des négociations avec ce nouveau moyen de pression.

On est ouvert. On est prêt à retourner à la table n’importe quel temps que l’employeur veut y retourner, n’importe quelle heure, n’importe quelle journée.

Patrick Roy, coordonnateur du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick
Jacques Duguay et Bev Harper posent pour la caméra avant d'aller voter. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Duguay et Bev Harper travaillent à la résidence Kenneth E. Spencer Memorial à Moncton. Ils ont voté jeudi matin.

Photo :  CBC / Gabrielle Fahmy

Nous ne voulons pas aller en grève, dit Bev Harper, qui travaille à la résidence Kenneth E. Spencer Memorial, après avoir voté jeudi matin. Nous voulons que le gouvernement s'asseoie avec nous, nous voulons négocier.

Le syndicat n’a toutefois pas eu de nouvelles de l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (AFSNB) depuis qu’il a annoncé des démarches pour un vote de grève jeudi dernier, assure Patrick Roy.

En raison du rejet de notre offre par le syndicat et de notre incapacité à offrir plus d’argent que le standard établi par le milieu hospitalier, nous sommes dans une impasse, répondait alors la directrice de l’AFSNB, Jodi Hall, à Radio-Canada.

Si cette impasse persiste malgré un vote de grève des employés des foyers de soins, le syndicat commencera alors la planification de la grève. Pour l’instant, aucune date n’a été fixée.

S’il y a bel et bien une grève, le syndicat doit aviser les foyers de soins 24 heures à l’avance.

Rappel des revendications

La principale revendication des employés des foyers de soins du Nouveau-Brunswick est monétaire. Ils veulent une augmentation salariale qui est, selon eux, nécessaire pour le recrutement et la rétention de personnel.

Ça arrive déjà que les résidents ne reçoivent pas les services auxquels ils ont droit parce qu’il y a un manque de personnel déjà. Il faut corriger ça et la seule façon de le corriger c’est d’avoir des bonnes conditions de travail et salariales.

Patrick Roy, coordonnateur du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick

Les employés des 46 foyers de soins voteront plus ou moins en même temps jeudi, mais les résultats ne seront dévoilés aux médias que vendredi matin.

Les 46 foyers de soins voteront séparément. Il se pourrait donc que certains votent pour la grève et d’autres non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Relations de travail