•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition pour briser les tabous liés aux menstruations

Trois robes de chambre sont accrochées sur un mur à coté de tableaux. De fausses fleurs sont collées sur les vêtements.
Les robes de chambre tâchées par des roses, l'une des oeuvres présentées dans le cadre de Flow. Photo: Radio-Canada / Colin Côté-Paulette
Colin Côté-Paulette

Tout juste après que le documentaire Period. End of sentence eut remporté un prix lors de la dernière cérémonie des Oscars, un musée de Kitchener, en Ontario, a dévoilé mercredi une exposition sur les menstruations. L'idée est de faire cesser la stigmatisation que certaines femmes vivent par rapport à un phénomène physiologique tout à fait normal.

Robes de chambre blanches avec des roses cousues au niveau de l’entrejambe, guides d’hygiène destinés aux femmes datant de plusieurs décennies, l’exposition baptisée Flow vise à faire réfléchir ses visiteurs sur les règles des femmes à travers l’art.

C’est vraiment pour encourager la discussion, poser des questions, s’instruire à propos de différents aspects par rapport aux menstruations. Par exemple, qu’est-ce que les femmes sans-abri font? C’est un vrai enjeu, indique la commissaire de l’exposition, Virginia Eichhorn.

Les oeuvres de huit artistes de la région de Kitchener-Waterloo ont été rassemblées par Mme Eichhorn pour l’occasion.

Les visiteurs pourront admirer leurs toiles, leurs installations artistiques ainsi que plusieurs objets historiques.

Une femme pose devant la caméra. Derrière elle, on peut voir une salle de musée avec des oeuvres accrochées aux murs.Virginia Eichhorn, commissaire de l'exposition Flow. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Mme Eichhorn espère que les femmes qui visiteront l’exposition s’émanciperont davantage grâce à cette expérience.

En Occident, on a montré aux femmes à être embarrassées lorsqu’elles ont leurs règles [...] on ne peut pas en parler, on est censé le cacher.

Virginia Eichhorn, commissaire de l'exposition Flow

Pour exprimer cette notion, la perception des menstruations dans d’autres cultures est abordée.

Dans d’autres cultures, les menstruations sont célébrées. Ça veut dire qu’on devient une femme, que notre corps fait ce qu’il doit faire et qu’on passe à la prochaine étape de notre expérience de vie, souligne-t-elle.

Quatre toiles sur lesquelles on voit des traces de menstruations dans la nature. Quelques toiles présentées dans l'exposition Flow. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Exposition destinée à tout le monde?

Mme EIchhorn espère que des gens de tous les horizons visiteront l’exposition. Elle croit même que les gens que l’idée même des menstruations dégoûte devraient être les premiers à se présenter.

Des groupes scolaires devraient aussi venir faire des visites dans les semaines à venir.

Je pense même que c’est une exposition pertinente pour les hommes.

Virginia Eichhorn, commissaire de l'exposition Flow
Un petit livret jauni sur lequel on peut lire: "Marie MArgot s'instruit sur la vie. Par Mary Pauline Callender".L'un des vieux guides d'hygiène destinés aux femmes présenté dans l'exposition. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Un homme fait d’ailleurs partie des huit artistes qui présentent des œuvres dans l’exposition.

Si on veut vraiment avoir cette discussion, on doit rassembler tout le monde, explique Mme Eichhorn.

Durant l’exposition, des produits d’hygiène liés aux menstruations seront offerts gratuitement dans les salles de bain du musée.

Les visiteurs qui feront don de ce genre de produits au musée obtiendront un rabais sur leur entrée. Les produits seront ensuite remis à des refuges pour femmes de la région de Kitchener-Waterloo.

Flow est présentée jusqu’au 28 mai à The Museum, à Kitchener, en Ontario.

Toronto

Culture