•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incinérer des patients de traitements radioactifs ne poserait pas de risque

Une urne funéraire et une fleur
Il est impossible pour les porteurs d'implants radioactifs d'être incinérés en Ontario, au Québec et en Saskatchewan Photo: iStock
Katherine Brulotte

L'interdiction d'incinérer les personnes qui ont reçu certains implants radioactifs serait inutile selon la communauté scientifique.

L’institut de radioprotection du Canada et plusieurs scientifiques du domaine affirment que la loi qui empêche l’incinération de patients ayant reçu de la curiethérapie est obsolète et ne protège pas davantage les employés des centres d’incinération.

Le scientifique en chef de l’Institut Curtis Caldwell affirme que la loi devrait être modifiée pour permettre aux patients de choisir le traitement le plus efficace pour traiter leur condition sans potentiellement empêcher la réalisation de leurs dernières volontés.

Aussi appelée curiethérapie, les implants radioactifs permettent d’effectuer des traitements de radiothérapie plus ciblés et plus puissants que la radiation traditionnelle chez des patients qui souffrent de certains cancers de la prostate, du sein et de la glande thyroïde.

Le traitement consiste à l’implantation, par une chirurgie, de plus d’une centaine de grains d’iodes radioactif près de la tumeur ou encore de l’organe affectée par un cancer.

19 grains radioactifs sur une surface blanche. Des grains radioactifs sont utilisés pour traiter certains cancer. Photo : Radio-Canada

Ce traitement présente plusieurs avantages selon Jean-Pierre Bissonnette, chef associé du département de physique médicale au Princess Margaret Cancer Centre de Toronto. Il permet de traiter un patient grâce à une seule intervention, plutôt que des traitements échelonnés sur plusieurs semaines, et minimise les risques d’effets secondaires.

M. Caldwell souligne par ailleurs que les croyances personnelles ou religieuses de certaines personnes pourraient les pousser à refuser ce traitement pour pouvoir être incinérés après leur mort.

Radioactivité négligeable

La radioactivité serait totalement négligeable dans les grains d’iodes utilisés deux ans après leur implantation. M. Bissonnette affirme que les implants, au départ, ont une radioactivité modeste.

Une personne qui les reçoit peut continuer ses activités et côtoyer ses proches sans danger pour eux.

Jean-PierreBissonnette, chef associé du département de physique médicale au Princess Margaret Cancer Centre de Toronto

De plus, la radioactivité d’un produit diminue et peut être mesurée selon le principe de la demie-vie. Dans le cas des grains d’iode-125, cette demie-vie est établie à environ 60 jours. Après cette période, les grains ne possèdent plus que la moitié de leur énergie radioactive, qui est à nouveau réduite de moitié après une autre période de 60 jours et ainsi de suite. Si bien qu’après 2 ans, leur radioactivité est 4098 fois moins puissante.

Courbe qui explique la diminution de la radioactivité.La radioactivité des grains d’iodes. La demi-vie est établie à 60 jours Photo : Radio-Canada

Une quantité d'activité jugée négligeable par la Commission Canadienne de Sûreté Nucléaire, qui ne poserait aucun risque pour la santé même au moment de la combustion.

Lois

En ce moment, la loi en Ontario et en Saskatchewan interdit la crémation du corps d’une personne qui a reçu ce type d’implants, peu importe le délais entre leur traitement et leur décès.

Le ministère des Affaires gouvernementales et des services aux consommateurs affirme en ce moment étudier toutes les options disponibles pour minimiser les préoccupations de ceux et celles qui viennent de perdre un proche.

Le Québec vient de modifier sa loi, en janvier, et n’interdit plus complètement la crémation des personnes qui ont des implants radioactifs. Des consultations sont toutefois en cours selon la Corporation des Thanatologues du Québec pour établir les meilleures pratiques en tenant en compte des recommandations de la Commission canadienne de sûreté nucléaire. Si bien que pour l’instant, les patients qui ont reçu ces implants ne peuvent pas être incinérés.

Santé

Société