•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève dans les foyers de soins : le gouvernement presse les parties à négocier

Des personnes en chaise roulante dans un foyer de soins du Nouveau-Brunswick.

Les employés de 46 foyers de soins du Nouveau-Brunswick pourraient partir en grève.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

À la veille du vote de grève des employés de 46 foyers de soins du Nouveau-Brunswick, la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, encourage l'Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et le Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick à retourner à poursuivre les négociations.

La ministre Dorothy Shephard souhaitent que les parties négocient afin que les quelque 4100 employés des foyers de soins du Nouveau-Brunswick représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique ne tombent pas en grève.

Les négociations semblent toutefois au point mort. Les employés demandent essentiellement de meilleures conditions salariales. En réponse, l'Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (AFSNB) a offert une hausse équivalente au standard établi par le milieu hospitalier, ce qui ne satisfait pas les employés.

Le coordonnateur du Conseil des syndicat des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, Patrick Roy, a expliqué la semaine dernière que cette offre représente une augmentation de seulement 1 % des salaires, ce qui n’est même pas équivalent au taux d’inflation.

Les conventions collectives dans le secteur des foyers de soins ont typiquement suivi les tendances relatives aux ententes salariales du personnel hospitalier afin d’assurer la parité entre les deux secteurs, assure Dorothy Shephard. À noter que l’employeur des travailleurs des foyers de soins est l’AFSNB, mais celle-ci est financée par le gouvernement.

Dorothy Shephard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dorothy Shephard, ministre du Développement social.

Photo : Radio-Canada / CBC / Brian Chisholm

Il est important de trouver un équilibre entre la responsabilité financière et un salaire juste pour les travailleurs, explique Dorothy Shephard.

Forcer des travailleurs essentiels à rester en poste, est-ce légal?

Dans son communiqué publié mercredi après-midi, la ministre Shephard a également fait savoir que le gouvernement a déposé une requête en révision judiciaire du jugement de la Commission du travail et de l’emploi rendu en décembre 2018.

Cette décision visait à déterminer si la Loi sur les services essentiels dans les foyers de soins de la province violait les droits de négociation collective prévus par la Charte canadienne des droits et libertés.

La loi adoptée en 2009 visait à garantir que certains membres du personnel resteraient en poste en cas de grève.

Le tribunal a conclu que la loi enfreint la Charte.

Une telle révision judiciaire pourrait donc remettre en cause la possible grève des employés des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

Les travailleurs des foyers de soins jouent un rôle essentiel au niveau des soins que les résidents reçoivent à tous les jours, a déclaré Dorothy Shephard.

Avec des informations de Shane Magee de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !