•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal impliquera un organisme communautaire dans le développement d’un de ses terrains

Un terrain boisé le long d'une rue
Le terrain Louvain Est appartient à la Ville de Montréal. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Ville de Montréal impliquera les citoyens de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville dans le développement d'un vaste terrain situé sur la rue de Louvain Est, entre la voie ferrée, l'avenue Christophe-Colomb et la rue Saint-Hubert.

Le terrain, qui a jadis hébergé la fourrière de Montréal, fait huit hectares.

L'organisme citoyen Solidarité Ahuntsic fera partie, avec la Ville de Montréal, du bureau de projet pour son développement.

« Plutôt que de simplement consulter les citoyens à différents moments dans la démarche de planification, on [leur] donne un rôle actif, dans un projet d’envergure, dans la planification de ce qu’on va faire précisément sur le terrain », précise la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier.

Selon Solidarité Ahuntsic, les résidents souhaitent depuis longtemps qu'un centre communautaire, des services de proximité, des parcs, ainsi que des logements abordables, familiaux et sociaux y voient le jour.

C’est parce que la Ville est propriétaire du terrain que ce « laboratoire d’innovation sociale » est possible, indique Eric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme au comité exécutif.

Une « nouvelle forme de gouvernance »

Mme Thuillier en entrevue.Émilie Thuillier est mairesse de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville. Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

L’implication directe des citoyens dans la planification d'un nouveau quartier, c’est du jamais-vu pour l’architecte Claude Beaulac, chargé de projets à Solidarité Ahuntsic.

« Comme urbaniste, c'est la première fois que je vois une participation aussi intégrée des citoyens dans un projet de développement immobilier. Dans le cadre de la ville, c'est aussi une première, c'est tout à fait innovateur en termes d'approche de développement », dit-il.

La Ville parle même d'une « nouvelle forme de gouvernance ».

Solidarité Ahuntsic recevra 75 000 $ de la part de l’arrondissement pour que ses membres puissent participer à cette initiative.

L’organisme, fondé en 1999, se définit comme « la table de concertation intersectorielle du quartier ». Il se donne pour mission de contribuer au développement social, de lutter contre la pauvreté et l’exclusion, d’améliorer la qualité de vie des résidents du quartier et de favoriser l’action concertée et le développement de la capacité d’agir de la communauté.

Parmi ses membres, on compte 60 organismes communautaires, une vingtaine de citoyens, des élus municipaux, des députés et des commissaires scolaires, de même que des institutions comme le poste de quartier du Service de police de la Ville de Montréal, le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec, l’Office municipal d’habitation et des institutions d’enseignement.

Avec la collaboration de Marc Verreault

Engagement communautaire

Économie