•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il n'y a aucun lien entre le vaccin contre la rougeole et l'autisme, selon une étude danoise

Il entre l'aiguille dans le bras de l'enfant.

Un bébé se fait vacciner contre la rougeole.

Photo : Getty Images / Sean Gallup

Radio-Canada

Une étude effectuée sur les enfants nés au Danemark de mères danoises entre 1999 et 2010 conclut que le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) n'augmente pas le risque d'autisme.

Les chercheurs, dont les travaux ont été publiés dans le journal médical Annals of Internal Medicine, affirment que le vaccin antirougeoleux, antiourlien et antirubéoleux ne cause pas l'autisme chez les enfants qui y seraient vulnérables et n'est pas associé à l'apparition de grappes de cas d'autisme après la vaccination.

Près de 660 000 enfants ont participé à l’analyse des chercheurs de l'institut Statens Serum. Un peu plus de 6500 d'entre eux ont reçu un diagnostic d'autisme.

Plusieurs parents refusent de faire vacciner leurs enfants en raison du lien hypothétique entre le vaccin ROR et l'autisme, qui est source d’inquiétude pour certains parents.

Cette situation inquiète l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui estime que la réticence face à la vaccination constitue l'une des 10 plus grandes menaces à la santé publique. Une augmentation du nombre de cas de rougeole est enregistrée aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.

Selon l’étude, les enfants qui avaient été vaccinés étaient 7 % moins susceptibles que les autres de souffrir d'autisme, alors que le risque d'autisme augmentait de 17 % chez les enfants qui n'avaient pas été vaccinés.

Les chercheurs ont indiqué que les enfants qui comptaient des cas d'autisme dans leur fratrie multipliaient environ par sept leur risque d'autisme.

En 1998, une étude publiée par le journal The Lancet établissait le lien entre le vaccin et l’autisme. Depuis, l’inquiétude s’est emparée de nombreux parents.

Cependant, le journal scientifique a fait marche arrière en 2010 en reconnaissant que l'étude n'aurait jamais dû être publiée. En 2011, le British Medical Journal a dénoncé un « trucage élaboré ».

De multiples études, dont une publiée en 2004 par des chercheurs de l'Université McGill, ont assuré au fil des ans qu'il n'y a aucun lien entre le vaccin ROR et l'autisme.

De son côté, Santé Canada recommande que les enfants âgés de 12 à 15 mois soient vaccinés.

Par ailleurs, l'agence fédérale prévient que « la perte de [...] confiance du public relativement à l'immunisation peut réduire le nombre de personnes qui sont vaccinées et entraîner la réémergence de maladies évitables par la vaccination et de complications connexes ».

Vers une loi moins restrictive sur les vaccins en Arizona

En Arizona, les législateurs examinent des projets de loi qui viseraient à aider les parents à obtenir des exemptions de vaccinations pour leurs enfants.

Le National Vaccine Information Center, un groupe qui s'oppose à la vaccination obligatoire, a fait une présentation devant le comité de la santé de la Chambre le mois dernier.

Le projet de loi exigerait, entre autres, qu’avant de vacciner un enfant, le médecin doive remettre aux parents des documents décrivant les avantages et les risques de chaque vaccin ainsi que la notice du fabricant et la description du vaccin.

Un autre projet de loi permettrait aux parents d’éviter la vaccination de leurs enfants grâce à une exemption fondée sur des objections religieuses.

Nancy Barto, la présidente républicaine du comité de la santé, qui est la marraine du projet de loi, soutient que les projets de loi visent à préserver la liberté religieuse et les droits individuels.

Toutefois, les médecins qui se sont succédé devant le comité ont prévenu que la santé de la population était en jeu.

« Voter en faveur de l’un de ces projets de loi et encourager des exemptions en matière de vaccination est dangereux pour nos citoyens », a déclaré Steven Brown, un médecin de famille de Phoenix.

Le taux de vaccination a déjà baissé en Arizona et les médecins présents à l'audience ont mentionné que l'adoption des projets de loi proposés aggraverait la situation.

Avec les informations de La Presse canadienne et NPR

Vaccination

Santé