•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'inventeur du web veut panser les maux d'Internet

Tim Berners-Lee donne une entrevue au <em>Washington Post</em>, assis sur une chaise posée sur une scène.

Tim Berners-Lee en entrevue avec le Washington Post

Photo : AFP/Getty Images / Mandel Ngan

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'inventeur du World Wide Web, le Britannique Tim Berners-Lee, a détaillé mardi comment il comptait s'attaquer à la désinformation et améliorer la protection des données, des abus largement répandus aujourd'hui qu'il n'avait pas envisagés quand il a conçu la toile.

M. Berners-Lee, qui avait imaginé en 1989 un « système de gestion décentralisée de l'information », devenu l'acte de naissance du web, a souligné que ses efforts se concentraient d'une part sur le développement d'un « contrat pour le web » destiné à assurer la véracité de l'information sur Internet, et d'autre part sur sa plateforme de développement baptisée Solid pour permettre aux utilisateurs de contrôler leurs données.

Ses commentaires, lors d'un événement organisé dans la capitale américaine par le quotidien The Washington Post, surviennent alors que le web fête ses 30 ans d'existence ce mois-ci.

« On ne peut pas simplement interdire les fausses informations, c'est bien plus compliqué que cela », a résumé le scientifique au Washington Post, qui avait révélé le projet d'un contrat, en novembre dernier, ambitionnant de réunir autour d'une table les gouvernements et les entreprises du secteur des technologies, notamment, pour établir les principes d'une gouvernance en ligne.

« Avec le "Contrat pour le web", il s'agit d'enclencher une correction à mi-parcours [du web], de changer de rythme, de revenir [...] à la science, aux faits », a-t-il ajouté.

Avec la plateforme Solid, on veut répondre aux inquiétudes sur la vente des données personnelles des utilisateurs sans leur consentement.

Tim Berners-Lee a indiqué que le but était de « séparer les applications du stockage des données » de manière à ce que les utilisateurs puissent décider où se retrouvent leurs informations personnelles et comment elles sont partagées.

« Solid va devenir un système de stockage de données omniprésent qui donnera aux gens le contrôle de leurs données », a-t-il expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !