•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour du service d'intervention en soins spirituels en tout temps au CIUSSS

Nicolas Beauchemin dans le hall d'entrée de la maison de Radio-Canada à Saguenay
Nicolas Beauchemin est intervenant en soins spirituels à l'hôpital de Chicoutimi Photo: Radio-Canada
Mélyssa Gagnon

Les patients des établissements de santé de Chicoutimi ont à nouveau accès à un intervenant en soins spirituels 24 heures par jour, sept jours sur sept.

Il y a trois ans, après la retraite d’un intervenant et pour des raisons budgétaires, le CIUSSS a retranché le service de soirs et de fins de semaine.

Cette décision a déplu aux usagers et aux intervenants en milieu hospitalier, qui y ont vu un véritable non-sens. Le CIUSSS a finalement rétabli le service à la fin janvier.

Au Centre d’hébergement Mgr-Victor-Tremblay, à Chicoutimi, l’intervenant Nicolas Beauchemin est une figure rassurante et réconfortante.

Sa présence est tout aussi appréciée dans les corridors de l’hôpital et en maison de soins palliatifs, où il rencontre les usagers, les écoute et leur offre du soutien quand ils en ont besoin.

Il y a trois ans, les coupes ont beaucoup affecté Nicolas Beauchemin et ses trois collègues laïcs.

Ça m’a touché grandement. Mes collègues vous diraient que je revenais toujours sur ce sujet-là, qu’il fallait essayer de regagner la garde parce que pour moi, c’est un peu notre spécificité et ce qui nous permet de créer un lien de confiance avec la famille ou avec la personne qu’on accompagne. Quand on leur dit qu’on va être là avec eux, peu importe l’heure du jour ou quand ça va arriver, met-il en contexte.

Lorsqu’une personne est malade ou en fin de vie, elle peut avoir besoin d’une présence ou d’accompagnement. Ces moments sont propices au recueillement et permettent aux proches d’amorcer le processus de deuil.

Souvent, quand on est malade, on est déjà conscient du fait que notre état de santé est précaire, qu’on est vulnérable et qu’on peut mourir. À ce moment-là, savoir qu’on peut compter sur quelqu’un qui va nous tenir la main, qui va être avec nous dans les derniers moments.

Nicolas Beauchemin, intervenant en soins spirituels, CIUSSS

Le retour du service 24 heures sur 24 a été rendu possible grâce à la refonte des horaires et à la collaboration des intervenants, qui ont fait preuve de flexibilité.

Depuis le mois de janvier, on a été capables de réinstaurer ça. Les intervenants, entre autres, étaient vraiment satisfaits de ça parce que ça redonne un sens à leur pratique. Quand tu accompagnes une personne, que le décès arrive un samedi soir à 10 h et que tu ne peux pas accompagner cette personne-là jusqu’au bout, l’accompagnement spirituel et moral perd sons sens, fait valoir la responsable du service de soins spirituels au CIUSSS, Josée Desgagné

« Il m’a donné le courage de continuer »

À Mgr-Victor-Tremblay, Nicolas Beauchemin est un support moral pour Gabrielle Grenon, 90 ans, qui a élu domicile au centre d’hébergement il y a deux mois.

Quand j’ai paralysé, ça prenait quelqu’un qui m’encourage. Il fallait quand même passer à travers et se relever. Nicolas, il m’a donné le courage de continuer ma route parce que, même si on est paralysé, il y a quand même des choses à faire, constate Gabrielle Grenon.

Le fait que Nicolas Beauchemin soit disponible lorsqu’elle a besoin de lui enveloppe Gabrielle Grenon d’un sentiment de sécurité.

Nicolas Beauchemin en train de discuter avec Gabrielle Grenon. Nicolas Beauchemin offre un service d'accompagnement essentiel à Gabrielle Grenon, résidente du Centre d'hébergement Mgr-Victor-Tremblay. Photo : Radio-Canada / Yohann Gasse

Elle aime savoir que son intervenant en soins spirituels peut être joint en tout temps.

En plus de rétablir les heures de garde, la direction du CIUSSS souhaite embaucher un cinquième intervenant pour combler les remplacements et permettre à l'équipe en place de profiter d'un peu de répit.

Saguenay–Lac-St-Jean

Santé