•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nutritionnistes ont vécu de la cyberintimidation comme le Pharmachien

Bernard porte une chemise avec motifs de plantes et de tigres.

Le nutritionniste urbain Bernard Lavallée (archives)

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

Bouchra Ouatik

À la suite de la sortie publique du pharmacien Olivier Bernard, mieux connu sous le nom du « Pharmachien », des nutritionnistes québécois se disent également victimes de cyberharcèlement lorsqu'ils abordent certains sujets.

Bernard Lavallée, qui tient un blogue sous le nom du « nutritionniste urbain », a publié un article (Nouvelle fenêtre) dans lequel il dénonce le harcèlement vécu par le Pharmachien. Ce dernier avait expliqué lundi être la cible de menaces et d’insultes après s’être prononcé sur les injections de vitamine C pour les patients atteints de cancer.

Sur son blogue, le nutritionniste urbain dit qu’il « s’agit d’une réalité qu’à peu près tous les vulgarisateurs scientifiques vivent à différents degrés [...] mais dont peu osent parler publiquement ». Il raconte avoir lui-même subi les foudres de personnes véganes après avoir critiqué la façon dont un documentaire traitait de la consommation de viande. Depuis, il dit éviter d’aborder certains sujets en nutrition pour ne pas « être victime d’une nouvelle attaque organisée ».

M. Lavallée ajoute que plusieurs de ses collègues subissent les mêmes affronts. C'est le cas de la nutritionniste Cynthia Marcotte, qui publie régulièrement des vidéos sur l’alimentation (Nouvelle fenêtre) destinées au grand public. Celle-ci explique avoir été attaquée après avoir diffusé une vidéo critique sur une diète à la mode, la diète cétogène.

« Les gens ont répondu d’une façon très, très agressive envers moi, confie-t-elle. Par exemple, j’avais des commentaires qui étaient des attaques personnelles, des commentaires par rapport à mon apparence. Je me disais, ce n’est vraiment pas une attaque par rapport à ce que je disais comme contenu, par rapport à mon analyse scientifique. »

[Des adeptes de la diète cétogène] l’ont vraiment pris comme si je les attaquais eux-mêmes en tant que personnes, alors que ce n’était pas ça l’objectif.

Cynthia Marcotte, nutritionniste

Si elle dit vouloir continuer à parler de nutrition en public, Mme Marcotte mentionne qu’elle abordera certains sujets de façon plus prudente.

Je trouve ça vraiment vraiment très, très dommage de voir que des gens s’attaquent à des [experts] dont le seul objectif est d’aider les gens, de partager leurs connaissances, de vulgariser la science, de rendre ça facile et clair.

Cynthia Marcotte, nutritionniste

Appel au calme de l’instigatrice de la pétition sur la vitamine C

À la suite du témoignage du Pharmachien, l’auteure de la pétition demandant que les injections de vitamine C soient autorisées au Québec a lancé un appel au calme.

Nathalie Prud’Homme, elle-même atteinte du cancer, a dénoncé les messages haineux envoyés à Olivier Bernard. « Je n’ai jamais prôné de s’exprimer avec violence », dit-elle dans une vidéo publiée sur sa page Facebook (Nouvelle fenêtre). Elle explique être elle-même victime de harcèlement depuis qu’elle milite en faveur des injections de vitamine C.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alimentation

Société