•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'improvisation comme outil pour socialiser en français

Trois élèves dans un arène d'improvisation.
Plus de 30 élèves en provenance de quatre écoles secondaires du Conseil scolaire catholique du Nouvel-Ontario ont participé au tournoi On IMPROvise. Photo: Radio-Canada / Didier Pilon
Radio-Canada

Une trentaine d'élèves de quatre écoles du Conseil scolaire catholique du Nouvel-Ontario ont eu la chance de mettre leur talent en improvisation à l'épreuve, lors du tournoi On IMPROvise. Une occasion pour eux de socialiser dans la langue de Molière.

L’activité qui a eu lieu mardi matin à l’École secondaire catholique l’Horizon du secteur Val Caron dans le Grand Sudbury accueillait des improvisateurs de l’école-hôte, ainsi que du Collège Notre-Dame à Sudbury, de l’École secondaire catholique Champlain à Chelmsford et de l’École secondaire catholique Franco-Ouest à Espanola.

Les élèves ont d’abord suivi des formations avec l’auteur-compositeur-interprète et humoriste, Stef Paquette.

Stef Paquette.L’auteur-compositeur-interprète et humoriste Stef Paquette a joué le rôle de l’arbitre lors du tournoi. Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

M. Paquette croit que ce tournoi local permet aux élèves de mettre en pratique ce qu’ils ont appris lors de la formation, avant de participer à des tournois de plus grande envergure.

Parce que nos écoles sont si éloignées, souvent les élèves n’ont pas la chance de jouer avec d’autres équipes avant d’aller à un tournoi, raconte-t-il.

Ce fut en effet l’expérience d’Alexandre Léger, un élève de 11e année à l’École secondaire catholique l’Horizon.

Bien qu’il ait suivi sa première formation en improvisation il y a quatre ans, c’est la première fois qu’il participe à un tournoi.

Comme de nombreux autres participants, il souhaite cependant se rendre à Sturgeon Falls à la fin mars, pour participer au tournoi La coupe du Nord.

Socialiser en personne et en français

M. Paquette vante d’autant plus les bienfaits de l’improvisation.

De nos jours, les jeunes passent beaucoup de temps sur leur téléphone et ils ne savent pas toujours comment bien communiquer en personne, affirme-t-il. L’impro leur permet de communiquer en français et de construire une idée avec d’autres jeunes [...] donc ça te force à t’adapter et à penser vite.

Même si ton français est tout cassé : on s’en fiche! Ça se passe en français.

Stef Paquette, responsable de la formation en improvisation
Bichara Alladjapa, élève de 10e année au Collège Notre-Dame.« L’impro, ça te permet d’explorer plus facettes de toi-même. Tu peux être triste, heureux ou en colère et l’exprimer comme tu le veux. » – Bichara Alladjapa, élève de 10e année au Collège Notre-Dame Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

Il explique aussi que les élèves ont peu d’occasions, outre le sport, de participer à des activités d’équipe.

L’impro a été importante pour moi parce que je ne suis pas un gars de sport, mais je voulais faire une activité d’équipe, raconte-t-il.

M. Paquette se réjouit d'ailleurs que le ministère de l’Éducation ait inclus l’improvisation au curriculum d’éducation artistique.

Improvisation

Société